Petit guide d'analyse des données à l'aide de la méthode MERISE


précédentsommairesuivant

4. Attributs d'associations, pour aller plus loin

Il arrive parfois que l'on soit obligé de munir d'attributs des associations.
considérons par exemple, que nous voulons modéliser les relations existant entre les entités "client", "commande" et "article" :

Exemple :

Image non disponible

Mais comment dans ce schéma introduire l'attribut "quantité" et plus encore l'attribut "réduction" dont on voudrait qu'il puisse s'appliquer à chacun des articles d'une commande de manière différente ?
En effet si l'on introduit l'attribut quantité à l'entité COMMANDE, chaque ligne de la commande se vera dotée de la même quantité...
D'autre part si l'on introduit l'attribut quantité à l'entité ARTICLE alors chacun des article se vera doté de la même quantité quelque soit la commande...

La solution est de pourvoir l'association "composée" des attributs "quantité" et "réduction" :

Image non disponible

Il arrive dans certains cas que l'attribut "date" soit d'une importance capitale, notamment dans les applications SGBDR portant sur la signature de contrats à échéance ou dans la durée (assurance par exemple).
Il n'est pas rare alors que le seul attribut "date" constitue à lui seul une entité.

Exemple :

Image non disponible

On appelle alors cela une entité temporelle. Une entité temporelle possède souvent un seul attribut, mais dans le cas ou elle possède plusieurs attributs (année, mois, jour, heure, minute, seconde...), l'ensemble de ces attributs constitue alors la clef de l'entité.
Mais dans ce cas on peut aussi retirer cette entité et introduire la date en tant qu'attribut de l'association "souscrit".


précédentsommairesuivant

Vous avez aimé ce tutoriel ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons suivants : Viadeo Twitter Facebook Share on Google+   

  

Copyright © 2003 Frédéric Brouard. Aucune reproduction, même partielle, ne peut être faite de ce site et de l'ensemble de son contenu : textes, documents, images, etc. sans l'autorisation expresse de l'auteur. Sinon vous encourez selon la loi jusqu'à trois ans de prison et jusqu'à 300 000 € de dommages et intérêts.