Voici quelques définitions en usage dans l'univers des SGBDR et du SQL.

Voici quelques définitions en usage dans l'univers des SGBDR et du SQL.

Article lu   fois.

L'auteur

Site personnelSite personnel

Liens sociaux

Viadeo Twitter Facebook Share on Google+   

1. Définitions

Terme Définition Exemple, remarques
Attribut Propriété d'une entité dans un modèle correspondant généralement à une colonne dans une table de la base. Attribut date de naissance d'une personne
Base de données Programme assurant la cohérence et l'accès aux informations stockées dans un modèle physique de données particulier (hiérarchique, réseau, relationnel; objet...). IDS est un SGBD de type réseau qui a été utilisé pour la conquête spatiale américaine (programme Apollo).
Base de données relationnelle Programme assurant la cohérence et l'accès aux informations stockées dans un modèle physique de données de type relationnel. Paradox, Access, Oracle, DB2, Ingres, Informix, Sybase, SQL Server...
Table Ensemble de données relatives à un même concept, ou permettant de lier d'autres tables. Table des clients, table des commandes
Colonne Élément vertical dans une table représentant un ensemble de valeurs d'un attribut.
ATTENTION : le mot champ n'est pas approprié à la terminologie des bases de données car il suppose une notion visuelle qui n'existe pas dans une base de données relationnelle (exemple champ opératoire du chirurgien, champ visuel du pilote...).
Colonne "Nom" de la table des clients, colonne "Mode de paiement" de la table des commandes
Ligne Élément horizontal dans une table représentant une énumération des valeurs des différents attributs (colonne) pour une même référence (identifiant).
ATTENTION : le mot enregistrement n'est pas approprié à la terminologie des bases de données car il suppose une notion physique (support magnétique de stockage) qui n'existe pas dans une base de données relationelle.
Ligne de référence N° de commande = 328 de la table commande
Clef (Clé ou Clef primaire) Identifiant d'une table composé d'un ou plusieurs attributs ou colonne. Une clef permet de retrouver sans ambiguïté la ligne dans une table. Les valeurs d'une clef doivent être unique au sein de la table. 328 est la valeur unique de la clef n° de commande permettant de retrouver l'enregistrement 2884 du fichier commande.DB
Clef étrangère Colonne, ou groupe de colonne représentant une clef d'une table, insérée dans une autre table afin d'assurer la relation entre les deux tables. Le n° de client dans la table des commandes est une clef étrangère dans cette table, et une clef primaire dans la table des clients
Entité Ensemble d'éléments informatif relatif à un même concept dans un modèle. Correspond généralement à une table dans l'univers des bases de données. Entité "Personne"
Identifiant Autre nom du concept de clef. Identifiant N° de commande de la table commande
Intégrité référentielle Mécanisme assurant la cohérence des dépendances de données entre les différentes tables. Lorsqu'une intégrité référentielle est posée sur la table des commandes relative au n° de client situé dans la table des clients, il devient impossible de supprimer les données relatives à un client si la référence de ce client est utilisée dans la table des commandes...
Contrainte Mécanisme de contrôle de validité des données interdisant l'insertion de données violant les contraintes. Contrainte d'intégrité référentielle, contrainte minimum et maximum, obligation de valeur (interdiction d'insertion de données indéfinies)..
Violation (de contrainte, de clef) Erreur générée lorsque l'on tente d'insérer une ligne avec une valeur de clef déjà utilisée (violation de clef), ou pour des valeurs de colonne hors des contraintes définies (violation de contrainte). L'insertion d'une commande avec le n° de commande 328 sera rejetée si la commande d'identifiant 328 existe déjà dans la table des commandes.
L'insertion d'une commande avec un total négatif sera rejetée si la colonne total possède une contrainte de minimum à zéro.
Relation Lien logique entre deux entités, représenté dans l'univers des SGBDR par l'insertion d'une clef étrangère ou par l'utilisation d'une table de jointure. La relation entre les tables "client" et "commande" se fait par une table de jointure possédant comme clef, l'ensemble des colonnes relatives aux deux clefs des deux tables.
Index Construction physique d'une structure de données relative à une ou plusieurs colonnes d'une table, permettant d'accélérer les recherches au sein d'une table. En principe, les SGBDR construisent des index pour les colonnes définissant la clef de la table et chacune des clefs étrangères.
Transaction Mécanisme permettant de cumuler différentes instructions qui seront vues comme une tâche unique, dont l'enchaînement est structuré, et pour laquelle chaque instruction est indissociable. Par analogie, le vol d'un avion peut être vu comme une "transaction" : roulage, décollage, montée, vol de croisière, descente, approche, atterrissage. Impossible de modifier l'ordre de ces différentes phases, impossible de supprimer l'une d'entre elles.
Ordre Construction littérale dont la syntaxe répond aux spécificités du SQL et qui intime au moteur de la base de données d'effectuer tel ou tel travail. Dans la norme SQL l'ordre d'insertion de données commence par le mot clef INSERT
Clause Partie d'un ordre SQL précisant un fonctionnement particulier La clause ORDER BY est la dernière clause de tout ordre SQL et ne doit figurer qu'une seule fois dans le SELECT, même s'il existe des requêtes imbriquées ou des requêtes ensemblistes.
Prédicat Construction logique dont la valeur peut être évaluée à vrai ou faux. La phrase suivante "la couleur de la voiture du président de la république est jaune" peut être évaluée logiquement à vrai ou faux.

2. Compléments d'information

Sur les différents systèmes de bases de données : Database Hall of Fame

Vous avez aimé ce tutoriel ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons suivants : Viadeo Twitter Facebook Share on Google+   

  

Copyright © 2003 Frédéric Brouard. Aucune reproduction, même partielle, ne peut être faite de ce site ni de l'ensemble de son contenu : textes, documents, images, etc. sans l'autorisation expresse de l'auteur. Sinon vous encourez selon la loi jusqu'à trois ans de prison et jusqu'à 300 000 € de dommages et intérêts.