Petit guide de Transact SQL (v2000)

Transact SQL, est une extension du dialecte SQL de SQL Server et constitue un langage procédural pour coder les procédures stockées et les triggers du SGBDR de Microsoft.
Le but de cet article est de présenter rapidement les concepts nécessaires à une bonne introduction à ce langage et ses possibilités.

Article lu   fois.

L'auteur

Site personnelSite personnel

Liens sociaux

Viadeo Twitter Facebook Share on Google+   

1. Positionnement du langage

Transact SQL est un langage procédural (par opposition à SQL qui est un langage déclaratif) qui permet de programmer des algorithmes de traitement des données au sein des SGBDR Sybase Adaptive Server et Microsoft SQL Server.

1.1. Historique

Il a été créé par Sybase INC. à la fin des années 80 pour répondre aux besoins d'extension de la programmation des bases de données pour son SGBDR.

Ce langage est donc commun aux deux produits (MS SQL Server et Sybase Adaptive) avec des différences mineures dans les implémentations.

Il sert à programmer des procédures stockées et des triggeurs (déclencheurs).

Transact SQL n'a aucun aspect normatif contrairement à SQL. C'est bien un "produit" au sein commercial du terme. En revanche depuis SQL 2 et plus fortement maintenant, avec SQL 3, la norme SQL a prévu les éléments de langage procédural normatif propre au langage SQL. Mais il y a une très grande différence entre la norme du SQL procédural et Transact SQL.

D'autres SGBDR utilisent d'autres langages procéduraux pour l'implémentation de procédures stockées et de triggers. C'est le cas par exemple du PL/SQL (Programming Langage) d'Oracle.

Il existe encore peu de SGBDR dont le langage procédural est calé sur la norme. Mais on peut citer OCELOT (SQL 3), PostGreSQL (SQL 2).

Par rapport à la concurrence voici une notation approximative (sur 5) des différents langage procéduraux :

SGBDR Langage Respect norme Richesse
Oracle 8 PL/SQL 3/5 5/5
MS SQL Server v7 Transact SQL 2/5 3/5
PostGreSQL SQL 2 4/5 4/5
OCELOT SQL3 5/5 4/5
InterBase ISQL 3/5 3/5

Il s'agit bien entendu d'une notation toute personnelle parfaitement sujette à caution !

1.2. Utilisation

Transact SQL doit être utilisé :

  • dans les procédures stockées, pour les calculs portant sur des données internes à la base, sans considération de gestion d'IHM. Exemple pré calculs d'agrégats pour optimisation d'accès...
  • dans les triggers, pour définir et étendre des règles portant sur le respect de l'intégrité des données. Exemple formatage de données, liens d'héritage exclusif entre tables filles...

En revanche il faut tenter de ne pas l'utiliser pour le calculs de règles métier, l'idéal étant de déporter cela dans des objets métiers. Enfin l'usage de trigger pour de la réplication est à proscrire.

1.3. Conclusion

Nous retiendrons que ce qui compte dans l'étude de ce langage, c'est plus de comprendre ses grands concepts et son esprit afin de pouvoir le transposer sur d'autres SGBDR plutôt que d'apprendre par cœur telle ou telle instruction, d'autant que la documentation sur ce langage est assez fournie.

ATTENTION : nous étudirons ici la version Microsoft du langage Transact SQL

2. Syntaxe

2.1. Identifiant

Voici les règles de codage des identifiants (nom des objets)
Les identifiants SQL :

  • ne peuvent dépasser 128 caractères.
  • Ils doivent commencer par une lettre ou un "underscore".
  • Les caractères spéciaux et le blanc ne sont pas admis.
  • On se contentera d'utiliser les 37 caractères de base : ['A'..'Z', '0'..'9', '_']
  • La casse n'a pas d'importance.

Le symbole @ commence le nom de toute variable.
Le symbole dédoublé @@ commence le nom des variables globales du SGBDR.

Le symbole # commence le nom de toute table temporaire (utilisateur)

Exemple :

 
Sélectionnez

	SELECT CURRENT_TIMESTAMP as DateTime
	INTO #tempT
	
	SELECT * 
	FROM #tempT
	

Le symbole dédoublé ## commence le nom de toute table temporaire globale.
Conséquence : la libération des tables temporaires est consécutif à la libération des utilisteurs.

Nota : SQL Server utilise un base particulière "tempDB" pour stocker la définition des objets temporaires.

Attention : pour des raisons de performances il est fortement déconseillé d'utiliser le SELECT … INTO … qui n'est d'ailleurs pas normalisé.

Un identifiant est dit "qualifié" s'il fait l'objet d'une notation pointée définissant le serveur, la base cible et l'utilisateur :

 
Sélectionnez

	serveur.base_cible.utilisateur.objet
	

Exemple :

 
Sélectionnez

	SELECT * FROM MonServeur.MaBase.MonUser.MaTable
	

Attention : ceci suppose que les serveurs soient connus les uns des autres (procédure de "linkage")
On peut ignorer le serveur, comme l'utilisateur, dans ce cas c'est l'utilisateur courant qui est pris en compte :

 
Sélectionnez

	base_cible..objet
	

et au sein de la base :

 
Sélectionnez

	objet	
	

Un identifiant ne doit pas être un mot clef de SQL, ni un mot clef de SQL Server ni même un mot réservé. Dans le cas contraire il faut utiliser les guillemets comme délimiteur.

La notion de constante n'existe pas dans Transact SQL.

2.2. Variables

Les types disponibles sont ceux de SQL :

 
Sélectionnez

bit, int, smallint, tinyint, decimal, numeric, money, smallmoney, float, real, datetime, smalldatetime, timestamp, 
uniqueidentifier, char, varchar, text, nchar, nvarchar, ntext, binary, varbinary, image.

Auxquels il faut ajouter le type :

 
Sélectionnez

cursor

que nous verrons plus en détail.

Les valeurs de types chaînes doivent être délimitées par des apostrophes.

Une variable est déclarée à tout endroit du code par l'instruction DECLARE :
Exemple :

 
Sélectionnez

DECLARE @maChaine char(32)

Une variable est assignée par l'instruction SET :

 
Sélectionnez

SET @maChaine = 'toto'

Avant toute assignation, une variable déclarée est marquée à NULL.

Remarques :

  • il n'existe pas de type "tableau" dans le langage Transact SQL. Cependant, une table temporaire suffit à un tel usage.
  • l'ordre SQL SELECT peut aussi servir à assigner une ou plusieurs variable, mais dans ce dernier cas il faut veiller à ce que la réponse à la requête ne produise qu'une seule ligne

Exemple :

 
Sélectionnez

SELECT @NomTable = 'TABLES', @NombreLigne = count(*)
FROM INFORMATION_SCHEMA.TABLES

Attention : dans le cas d'une requête renvoyant plusieurs lignes, seule la valeur de la dernière ligne sera récupéré dans la variable.

ASTUCE : si vous désirez concaténer toutes les valeurs d'une colonne dans une seule variable, vous pouvez utiliser la construction suivante :

 
Sélectionnez

DECLARE @Colonne varchar(8000)
SET @Colonne = ''
SELECT @Colonne = @Colonne +COALESCE(TABLE_NAME + ', ', '')
FROM INFORMATION_SCHEMA.TABLES

NOTA : la notion de constante n'existe pas.

2.3. Structures basiques

La structure :

 
Sélectionnez

BEGIN 
...
END

permet de définir des blocs d'instructions.

Les branchements possibles sont les suivants :

 
Sélectionnez

IF [NOT] condition instruction [ELSE instruction]
IF [NOT] EXISTS(requête select) instruction [ELSE instruction]
WHILE condition instruction
GOTO etiquette
WAITFOR [DELAY | TIME] temps

Les instructions :

 
Sélectionnez

BREAK 
CONTINUE

permettent respectivement d'interrompre ou de continuer autoritairement une boucle.

Remarques :

  • il n'y a pas de THEN dans le IF du Transact SQL, ni de DO dans le WHILE
  • une seule instruction est permise pour les structure IF et WHILE, sauf à mettre en place un bloc d'instructions à l'aide d'une structure BEGIN / END
  • un branchement sur étiquette se précise avec en suffixant l'identifiant de l'étiquette avec un caractère deux-points ':'

Exemple :

Il s'agit de donner la liste de tous les nombres premiers entre 1 et 5000.

Première version en code procédural :

 
Sélectionnez

/* recherche de tous les nombres premiers de 1 à 5000 */
/* version procédurale (itérations)                   */
-- création d'une table provisoire pour stockage des données
create table #n (n int)

declare @n integer, @i integer, @premier bit
set @n = 1
set nocount on
-- un nombre premier n'est divisible que par 1 et lui même
while @n < 5000
BEGIN
-- on pré suppose qu'il est premier
   set @premier = 1
   set @i = 2
   while @i < @n
   BEGIN
-- autrement dit, tout diviseur situé entre 2 et lui même moins un
-- fait que ce nombre n'est pas premier
      if (@n / @i) * @i = @n
         SET @premier = 0
      SET @i = @i + 1
   END
   if @premier = 1
      insert into #n VALUES (@n)
   SET @n = @n + 1
END

SELECT * FROM #n

Par ce code procédural, nous avons utilisé la formulation suivante : "n est premier si aucun nombre de 2 à n-1 ne le divise".

Une autre façon de faire est de travailler en logique ensembliste. Si nous disposons d'une table des entiers, il est alors facile de comprendre que les nombres premiers sont tous les nombres, moins ceux qui ne sont pas premiers... Il s'agit ni plus ni moins que de réaliser une différence ensembliste.

 
Sélectionnez

/* recherche de tous les nombres premiers de 1 à 5000 */
/* version ensembliste (requêtes)                     */
 DECLARE @max int
 SET @max = 5000
 -- cet exemple utilise la logique ensembliste pour calculer tous les nombres entiers
 SET NOCOUNT ON
 -- table temporaire de stockage des entiers de 1 à 5000
 CREATE TABLE #n (n int)
 -- boucle d'insertion de 0 à 5000
 DECLARE @i int
 SET @i = 0 
 WHILE @i < @max
 BEGIN
    INSERT INTO #n VALUES (@i)
    SET @i = @i + 1
 END
 -- on prend tous les entiers de la table n moins les entiers de la table n pour
 -- lesquels le reste de la division entière (modulo) par un entier moindre donne 0
 -- NOTA l'opération MODULO se note % dans Transact SQL
 SELECT distinct n
 FROM #n
 WHERE n not in (SELECT distinct n1.n
                 FROM   #n n1
                        CROSS JOIN #n n2
                 WHERE n1.n % n2.n = 0
                   AND n2.n BETWEEN 2 AND n1.n - 1)
 ORDER BY n

Notez la différence de vistesse d'exécution entre les deux manières de faire...
Enfin, on peut encore optimiser l'une et l'autre des procédure en limitant le diviseur au maximum à CAST(SQRT(CAST(n2.n AS FLOAT)) AS INTEGER) + 1, car le plus grand des diviseurs d'un nombre ne peut dépasser sa racine carrée.

2.4. Variable de retour

Toute procédure stockée renvoie une variable de type entier pour signaler son état. Si cette variable vaut 0, la procédure s'est déroulée sans anomalie. Tout autre valeur indique un problème. Les valeurs de 0 à -99 sont réservées et celles de 0 à -14 sont prédéfinies. Par exemple la valeur -5 signifie erreur de syntaxe.

On peut assigner une valeur de retour de procédure à l'aide de l'instruction RETURN :

 
Sélectionnez

RETURN 1445

2.5. Variables "système"

SQL Server défini un grand nombre de "variables système" c'est à dire des variables définies par le moteur.

En voici quelques unes :

Variable Description
@@connections nombre de connexions actives
@@datefirts premier jour d'une semaine (1:lundi à 7:dimanche)
@@error code de la dernière erreur rencontrée (0 si aucune)
@@fetch_status état d'un curseur lors de la lecture (0 si lecture proprement exécutée)
@@identity dernière valeur insérée dans une colonne auto incrémentée pour l'utilisateur en cours
@@max_connections nombre maximums d'utilisateurs concurrents
@@procid identifiant de la procédure stockée en cours
@@rowcount nombre de lignes concernées par le dernier ordre SQL
@@servername nom du serveur SGBDR courant
@@spid identifiant du processus en cours
@@trancount nombre de transaction en cours

2.6. Flags

Pour manipuler les effets de certaines variables, comme pour paramétrer la base de données, il est nécessaire de recourir à des "flags".

SET NOCOUNT ON / OFF
empêche/oblige l'envoi au client de messages pour chaque instruction d'une procédure stockée affichant la ligne « nn rows affected » à la fin d'une instruction (SELECT, INSERT, UPDATE, DELETE).
Remarque : il est recommandé de désactiver le comptage dans les procédures stockées afin d'éviter l'envoi intempestif de lignes non lues qui génère du trafic réseau et rallonge les temps d'exécution.

SET ANSI_DEFAULTS ON / OFF
Conformation d'une partie de SQL Server à la norme SQL 2

SET DATEFORMAT {format de date}
Fixation du format de date par défaut

SET IDENTITY_INSERT nomTable ON / OFF
Active, désactive l'insertion automatique de colonne auto incrémentées (identity) dans la table spécifiée.

Exemple : insertion de lignes dont la clef est spécifiée dans une table données pourvue d'un auto incrément :

 
Sélectionnez

CREATE TABLE T_CLIENT
(CLI_ID INTEGER IDENTITY NOT NULL PRIMARY KEY,
 CLI_NOM VARCHAR(32))

SET IDENTITY_INSERT T_CLIENT ON

INSERT INTO T_CLIENT (CLI_ID, CLI_NOM) VALUES (325, 'DUPONT')
INSERT INTO T_CLIENT (CLI_ID, CLI_NOM) VALUES (987, 'MARTIN')

SET IDENTITY_INSERT T_CLIENT OFF

INSERT INTO T_CLIENT (CLI_ID, CLI_NOM) VALUES (512, 'LEVY')
=> Serveur: Msg 544, Niveau 16, État 1, Ligne 1
Impossible d'insérer une valeur explicite dans la colonne identité de la table 'T_CLIENT' quand IDENTITY_INSERT 
est défini à OFF.

2.7. Batch et GO

Un batch est un ensemble d'ordres SQL ou Transact SQL passé en un lot. Il peut être exécuté en lançant un fichier vers le moteur SQL ou encore en l'exécutant dans l'analyseur de requêtes.
la plupart du temps un batch est utilisé pour créer les objets d'une base et lancer au coup par coup certaines procédures lourdes (administration notamment).

Le mot clef GO permet de forcer l'exécution de différents ordres SQL d'un traitement par lot. Hors d'un contexte de transaction, le serveur peut choisir dans les différents ordres qui luis ont proposés simultanément d'exécuter telle ou telle demande dans l'ordre que bon lui semble.
La présence du mot clef GO dans un fichier d'ordre SQL passé au serveur permet de lui demander l'exécution immédiate de cet ordre ou de l'ensemble d'ordres. Dans ce, cas l'instruction GO doit être spécifié pour chaque ordre atomique ou bien pour chaque ensemble cohérents.
En fait le mot clef GO agit comme si chaque ordre était lancé à travers un fichier différent.

Enfin, un batch est exécuté en tout ou rien. Ainsi, en cas d'erreur de syntaxe par exemple, même sur le dernier ordre du lot, aucun des ordres n'est exécuté.

Attention :

  • Certains ordres ne peuvent être passés simultanément dans le même lot. Par exemple la suppression d'un objet (DROP) et sa re création immédiatement après, (CREATE) est source de conflits.
  • Le mot clef GO n'est valable que pour une exécution par lot (batch). Il n'est donc pas reconnu au sein d'une procédure stockée ni dans le code d'un trigger

2.8. Quelques fonctions de base

USE est une instruction permettant de préciser le nom de la base de données cible. En effet il arrive que l'on soit obligé de travailler depuis une base pour en traiter une autre. C'est le cas notamment lorsque l'on veut créer une base de données et y travailler sur le champ.
La seule base en standard dans MS SQL Server est la base "master" qui sert de matrice à toutes les bases créées. Elle contient les procédures inhérentes au serveur mais aussi celles inhérentes aux bases nouvellement créées, ainsi que les méta données spécifiques de la nouvelle base (tables dont le nom commence par "syS...").

Exemple : création d'une base de données depuis la base MASTER et création d'une table dans cette nouvelle base :

 
Sélectionnez

CREATE DATABASE NEW_MABASE
ON 
( NAME = 'NEW_MABASE_DB',
  FILENAME = 'C:\MaBase.DATA',
  SIZE = 100,
  MAXSIZE = 500,
  FILEGROWTH = 50 )
LOG ON
( NAME = 'NEW_MABASE_LOG',
  FILENAME = 'C:\MaBase.LOG',
  SIZE = 5,
  MAXSIZE = 25,
  FILEGROWTH = 5 )
GO

USE NEW_MABASE
GO

CREATE TABLE T_CLIENT
(CLI_ID  INTEGER IDENTITY NOT NULL PRIMARY KEY,
 CLI_NOM VARCHAR(32))
GO

PRINT est une instruction permettant de générer une ligne en sortie de procédure. Elle doit être réservée plus à la mise au point des procédures stockées que pour une utilisation en exploitation.

EXEC est une instruction permettant de lancer une requête ou une procédure stockée au sein d'une procédure ou un trigger. La plupart du temps il n'est pas nécessaire d'utilise l'instruction EXEC, si l'intégralité de la commande SQL ou de la procédure à lancer est connu. Mais lorsqu'il s'agit par exemple d'un ordre SQL contenant de nombreux paramètres, alors il est nécessaire de le définir dynamiquement.

Exemple : voici une procédure cherchant dans toutes les colonnes d'une table l'occurrence d'un mot :

 
Sélectionnez

DECLARE
       @TableName Varchar(128),     -- nom de la table passé en argument
       @SearchWord Varchar(32)      -- mot recherché

Declare @ColumnList varchar(1000)   -- liste des noms de colonnes dans 
                                    -- lesquels la recherche va s'effectuer 
Declare @SQL varchar(1200)          -- requête de recherche

-- obtention de la liste des colonnes pour la requête de recherche
SELECT @ColumnList = COALESCE(@ColumnList + ' + COALESCE(', 'COALESCE(') + column_name +', '''')'
FROM   INFORMATION_SCHEMA.COLUMNS
WHERE  TABLE_NAME = @TableName
  AND  DATA_TYPE LIKE '%char%'

PRINT 'INFO - @ColumnList value is : ' + @ColumnList -- juste pour voir !

-- assemblage du texte de la requête de recherche 
Set @SQL =    'SELECT * FROM '+ @TableName 
           + ' WHERE '        + @ColumnList 
           + ' LIKE ''%'      + @SearchWord +'%'''

PRINT 'INFO - @SQL value is : ' + @SQL               -- juste pour voir !

-- exécution de la requête de recherche
Exec (@SQL)

2.9. Commentaires

Comme dans le cadre du langage SQL de base, pour placer des commentaries il suffit d'utiliser les marqueurs suivants :

Début Fin Commentaire
--   pour une ligne de commentaire
/* */ pour un bloc de ligne ou de caractères

3. UDF : fonction utilisateur

Une UDF, autrement dit User Define Function ou Function Définie par l'Utilisateur est une fonction que le concepteur de la base écrit pour des besoins de traitement au sein des requêtes et du code des procdures stockées ou des triggers. Elle fait donc partie intégrante de la base ou elle est considérée comme un objet de la base au même titre qu'une table, une vue, un utilisateur ou une procédure stockée.

Il existe deux grands types de fonctions : celles renvoyant une valeur et celles renviyant un jeu de données (table).

3.1. Fonction renvoyant une valeur

La syntaxe est assez simple :

 
Sélectionnez

CREATE  FUNCTION [ utilisateur. ] nom_fonction
    ( [ { @parametre1[AS] type [ = valeur_défaut ] } [ , @parametre2 ... ] ] )

RETURNS type_résultant

[ AS ]

BEGIN

    code

    RETURN valeur_résultante

END

Exemple, calcul de la date de pâque pour une année donnée :

 
Sélectionnez

CREATE FUNCTION FN_PAQUE (@AN INT)
      
RETURNS DATETIME

AS

BEGIN

-- Algorithme conçu par Claus Tøndering .
-- Copyright (C) 1998 by Claus Tondering.
-- E-mail: claus@tondering.dk.

   IF @AN IS NULL
      RETURN NULL

   DECLARE @G INT
   DECLARE @I INT
   DECLARE @J INT
   DECLARE @C INT
   DECLARE @H INT
   DECLARE @L INT
   DECLARE @JourPaque INT
   DECLARE @MoisPaque INT
   DECLARE @DimPaque DATETIME

   SET @G = @AN % 19
   SET @C = @AN / 100
   SET @H = (@C - @C / 4 - (8 * @C + 13) / 25 + 19 * @G + 15) % 30
   SET @I = @H - (@H / 28) * (1 - (@H / 28) * (29 / (@H + 1)) * ((21 - @G) / 11))
   SET @J = (@AN + @AN / 4 + @I + 2 - @C + @C / 4) % 7

   SET @L = @I - @J
   SET @MoisPaque = 3 + (@L + 40) / 44
   SET @JourPaque = @L + 28 - 31 * (@MoisPaque / 4)

   SET @DimPaque = CAST(CAST(@AN AS VARCHAR(4)) +
                   CASE
                      WHEN @MoisPaque < 10 THEN '0' + CAST(@MoisPaque AS CHAR(1))
                                           ELSE       CAST(@MoisPaque AS CHAR(2))
                   END +
                   CASE
                      WHEN @JourPaque < 10 THEN '0' + CAST(@JourPaque AS CHAR(1))
                                           ELSE       CAST(@JourPaque AS CHAR(2))
                   END
                   AS DATETIME)

   RETURN @DimPaque

END

On utilise une telle fonction au sein d'une requête, comme une fonction SQL de base, à ceci près que, pour une raion obscure, il faut la faire précéder du nom du propriétaire.

Exemple :

 
Sélectionnez

SELECT dbo.FN_PAQUE (2004) AS PAQUE_2004
 
Sélectionnez

PAQUE_2004                                            
-----------------------
2004-04-11 00:00:00.000

3.2. Fonction renvoyant une table

Il existe deux manières de procéder : soit par requête directe (table en ligne), soit par construction et alimentation d'une table (table multi instruction).

La première syntaxe (table est ligne) est très simple. Voici un exemple, qui construit et renvoi une table des jours de semaine :

 
Sélectionnez

CREATE FUNCTION FN_JOUR_SEMAINE ()
RETURNS TABLE
AS
RETURN (SELECT 1 AS N, 'Lundi' AS JOUR
        UNION
        SELECT 2 AS N, 'Mardi' AS JOUR
        UNION
        SELECT 3 AS N, 'Mercredi' AS JOUR
        UNION
        SELECT 4 AS N, 'Jeudi' AS JOUR
        UNION
        SELECT 5 AS N, 'Vendredi' AS JOUR
        UNION
        SELECT 2 AS N, 'Samedi' AS JOUR
        UNION
        SELECT 2 AS N, 'Dimanche' AS JOUR)
 
Sélectionnez

SELECT *
FROM dbo.FN_JOUR_SEMAINE ()
 
Sélectionnez

N           JOUR    
----------- --------
1           Lundi
2           Dimanche
2           Mardi
2           Samedi
3           Mercredi
4           Jeudi
5           Vendredi

La seconde syntaxe demande un peu plus de travail, car elle se base sur une variable "table". En voici la syntaxe :

 
Sélectionnez

CREATE  FUNCTION [ utilisateur. ] nom_fonction
    ( [ { @parametre1[AS] type [ = valeur_défaut ] } [ , @parametre2 ... ] ] )

RETURNS type_résultant TABLE < definition_de_table >

[ AS ]

BEGIN
    code

    RETURN

END

Voici un exemple, qui construit une table d'entier limité à MaxInt et comprenant ou non le zéro (entiers naturels) :

 
Sélectionnez

CREATE FUNCTION FN_ENTIERS (@MAXINT integer, @NATUREL bit = 0)
       RETURNS @integers TABLE
               (N int PRIMARY KEY NOT NULL)
AS
BEGIN

   DECLARE @N INT
   DECLARE @T TABLE (N int)
   SET @N = 0

-- insertion des 10 premiers chiffres de 0 à 9
   WHILE @N < 10
   BEGIN
      INSERT INTO @T VALUES (@N)
      SET @N = @N + 1
   END
   SET @N = @N -1

-- si @N est supérieur à 9, alors supprimer les valeurs en trop
   IF @N > @MAXINT
      DELETE FROM @T WHERE N > @MAXINT
   ELSE
      INSERT INTO @T     
      SELECT DISTINCT 1 * T1.N + 10 * T2.N +  + 100 * T3.N + 1000  * T4.N
      FROM   @T AS T1
             CROSS JOIN @T AS T2
             CROSS JOIN @T AS T3
             CROSS JOIN @T AS T4
      WHERE  1 * T1.N + 10 * T2.N +  + 100 * T3.N + 1000  * T4.N BETWEEN 10 AND @MAXINT
     

-- s'il s'agit d'entiers naturels, supprimer le zéro  
   IF @NATUREL = 1
      DELETE FROM @T WHERE N = 0

-- insertion dans la variable de retour
   INSERT INTO @integers
   SELECT DISTINCT N FROM @T

   RETURN

END
 
Sélectionnez

SELECT *
FROM  dbo.FN_ENTIERS (13, 1)
 
Sélectionnez

N           
-----------
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13 

NOTA : SQL Server interdit l'utilisation de fonctions non déterministe au sein des fonctions utilisateur. Par exemple, la fonction CURRENT_TIMESTAMP qui renvoie la date/heure courante ne peut être utilisée dans le cadre de l'écriture d'une UDF. Il y a cependant moyen de contourner ce problème en utilisant par exemple une vue...

 
Sélectionnez

CREATE VIEW V_DATEHEURE_COURANTE
AS
SELECT CURRENT_TIMESTAMP AS DHC
 
Sélectionnez

CREATE FUNCTION FN_DELTA_MONTH (@MaDate DATETIME)
   RETURNS INT
AS
BEGIN
   DECLARE @N INT

   SELECT @N = DATEDIFF(MONTH, @MaDate, DHC)
   FROM   V_DATEHEURE_COURANTE

   RETURN @N
END 
 
Sélectionnez

SELECT dbo.FN_DELTA_MONTH('20020101')

4. Procédures stockées

Le but d'une procédure stockée est triple :

  • étendre les possibilités des requêtes, par exemple lorsqu'un seul ordre INSERT ou SELECT ne suffit plus
  • faciliter la gestion de transactions
  • permettre une exécution plus rapide et plus optimisée de calculs complexes ne portant que sur des données de la base

Dans ce dernier cas la méthode traditionnelle nécessitait de nombreux aller et retour entre le client et le serveur et congestionnait le réseau.

Une procédure stockée est accessible par l'interface de l'Entreprise Manager. Elle peut aussi être créée par l'analyseur de requête.

Image non disponible

En créant une nouvelle procédure stockée on se trouve devant une fenêtre de définition de code :

Image non disponible

ATTENTION :
Les procédures stockées (v7) sont limitées à :

  • 128 Mo de code
  • 1024 paramètres en argument (y compris curseurs)

4.1. Entête de procédure

Elle commence toujours pas les mots clef CREATE PROCEDURE suivi du nom que l'on veut donner à la procédure stockée.
Les paramètres et leur type, s'il y en as suivent le nom.
L'entête se termine par le mot clef AS.

Exemple :

 
Sélectionnez

CREATE PROCEDURE SP_SEARCH_STRING_ANYFIELD
       @TableName  Varchar(128),      -- nom de la table passé en argument
       @SearchWord Varchar(32)        -- mot recherché
AS
...

4.2. Paramètres, variables de retour et ensemble de données

Une procédure stockée peut accepter de 0 à 1024 paramètres (arguments). Elle a toujours une valeur de retour qui par défaut est le code d'exécution (entier valant 0 en cas de succès). Elle peut retourner des lignes de table comme une requête.

Pour déclarer les paramètres il faut les lister avec un nom de variable et un type. Par défaut les paramètres sont des paramètres d'entrée.
Comme pour toutes les listes le séparateur est la virgule.
On peut déclarer des valeurs par défaut et spécifier si le paramètre est en sortie avec le mot clef OUTPUT.

Exemple :

 
Sélectionnez

CREATE PROCEDURE SP_SYS_DB_TRANSACTION 
                 @TRANS_NUM INTEGER,  -- numéro de la transaction concernée
                 @OK BIT = 0 OUTPUT   -- retour 0 OK, 1 problème
AS
...

Pour récupérer la valeur de d'un paramètre OUTPUT il faut préciser une variable de récupération de nature OUTPUT dans le lacement de l'exécution.

Exemple :

 
Sélectionnez

DECLARE @RetourOK bit
EXEC(SP_SYS_DB_TRANSACTION 127, @RetourOK OUTPUT)
SELECT @RetourOK

Un paramètre de type CURSOR (curseur) est un cas particulier et ne peut être utilisé qu'en sortie et conjointement au mot clef VARYING qui spécifie que sa définition précise n'est pas connue au moment de la compilation (le nombre et le type des colonnes n'est pas défini à cet instant).

 
Sélectionnez

CREATE PROCEDURE SEARCH_TEXT @resultTable CURSOR VARYING OUTPUT
AS

Un tel paramètre peut être réutilisé dans une autre procédure stocké ou dans un trigger.

Comme nous l'avons vu, toute procédure stockée renvoie une variable de type entier pour signaler son état. Si cette variable vaut 0, la procédure s'est déroulée sans anomalie. Tout autre valeur indique un problème. Les valeurs de 0 à -99 sont réservées et celles de 0 à -14 sont prédéfinies. Par exemple la valeur -5 signifie erreur de syntaxe. Bien entendu on peut assigner une valeur de retour de procédure à l'aide de l'instruction RETURN.

Une procédure stockée peut en outre renvoyer un jeu de résultat sous la forme d'un ensemble de données à la manière des résultats de requête.
Exemple :

 
Sélectionnez

CREATE PROCEDURE SP_LISTE_CLIENT
                 @CLI_ID_DEBUT INTEGER, @CLI_ID_FIN INTEGER
AS

SELECT '-- début de liste client --' 
UNION  ALL
SELECT CLI_NOM 
FROM   T_CLIENT
WHERE  CLI_ID BETWEEN @CLI_ID_DEBUT AND @CLI_ID_FIN
UNION  ALL
SELECT '--  fin de liste client  --' 

4.3. Gestion des erreurs

Il existe différents niveaux d'erreurs et différents moyens de les gérer.
Considérons une procédure stockée qui aurait pour effet de supprimer une ligne d'une table en s'assurant de supprimer préalablement toutes les lignes de tous les descendants concernés.
L'entête d'une telle procédure pourrait s'écrire :

 
Sélectionnez

CREATE PROCEDURE SP_DELETE_CLIENT_RECURSIVE
                 @CLI_ID INTEGER

Si la ligne considérée n'est pas retrouvée dans la table des clients, comme si la valeur du paramètre est NULL, cette procédure échouera sans indiquer d'anomalie. Il faut donc procéder à des tests préalables (nullité, existence…). Sans cela on dit que l'on à une "exception silencieuse".

Pour les exceptions plus flagrantes, SQL Server fournit la variable globale @@error que l'on peut tester à tout instant. Cette variable est mise à jour à chaque instruction.

Le code continue de s'exécuter même après une erreur.

Pour gérer les erreurs, SQL Server dispose de la levée des erreurs à l'aide de l'instruction RAISERROR et l'utilisation du GOTO combiné à une étiquette de branchement pour la reprise sur erreur, permet de centraliser la gestion des erreurs à un seul et même endroit du programme.

Voici un exemple mettant en œuvre ces principes :

 
Sélectionnez


 /*---------------------------------------------------\
| recherche d'une occurrence de mot dans n'importe     |
| quelle colonne de type caractères d'une table donnée | 
|----------------------------------------------------- |
| Frédéric BROUARD - COMMUNICATIC SA - 2001-12-17      |
 \-------------------------------------------------- */

CREATE PROCEDURE SP_SEARCH_STRING_ANYFIELD
       @TableName Varchar(128),     -- nom de la table passé en argument
       @SearchWord Varchar(32)      -- mot recherché
AS 

IF @TableName IS NULL OR @SearchWord IS NULL
RAISERROR ('Paramètres NULL impossible à traiter', 16, 1)
IF @@ERROR <> 0 GOTO LBL_ERROR

-- test d'existence de la table
IF NOT EXISTS(SELECT *
              FROM   INFORMATION_SCHEMA.tables 
              WHERE  TABLE_NAME = @TableName)
RAISERROR ('Références de table inconnue %s', 16, 1, @TableName)
IF @@ERROR <> 0 GOTO LBL_ERROR

Declare @ColumnList varchar(1000)   -- liste des noms de colonnes dans 
                                    -- lesquels la recherche va s'effectuer 
Declare @SQL varchar(1200)          -- requête de recherche

-- obtention de la liste des colonnes pour la requête de recherche
SELECT @ColumnList = COALESCE(@ColumnList + ' + COALESCE(', 'COALESCE(') + column_name +', '''')'
FROM   INFORMATION_SCHEMA.COLUMNS
WHERE  TABLE_NAME = @TableName
  AND  DATA_TYPE LIKE '%char%'

IF @ColumnList IS NULL
RAISERROR ('Aucune colonne de recherche trouvé dans la table %s',
           16, 1, @TableName)
IF @@ERROR <> 0 GOTO LBL_ERROR

PRINT 'INFO - @ColumnList value is : ' + @ColumnList

-- assemblage du texte de la requête de recherche 
Set @SQL = 
   'SELECT * FROM '+ @TableName 
 + ' WHERE '       + @ColumnList 
 + ' LIKE ''%'     + @SearchWord +'%'''

PRINT 'INFO - @SQL value is : ' + @SQL

-- exécution de la requête de recherche
Exec (@SQL)

RETURN

LBL_ERROR:
PRINT 'ERREUR LORS DE L''EXÉCUTION DE LA PROCÉDURE STOCKÉE SP_SEARCH_STRING_ANYFIELD'

4.4. Procédures stockées prédéfinies

SQL Server possède des procédures stockées pré établies, un peu à la manière d'une bibliothèque d'utilisation. Elles servent essentiellement à l'administration (gestion des utilisateurs et des bases) et à l'information (dictionnaire des données). Elle se situent toutes dans la base "master".

Ainsi, la procédure stockée "sp_help" fournit une description de n'importe quel objet de la base.

Pour appeler de telles procédures, il n'est pas nécessaire de préciser le nom de la base "master", ce nom est implicite.

Ces procédures stockées permettent :

  • de piloter le paramétrage du serveur et de la base de données (respect des normes SQL 2, maximum d'utilisateurs…) - exemple : sp_configure
  • de définir les objets de la base (table, index, contraintes, vues…) - exemple : sp_addtype
  • d'administrer le serveur, les bases, les accès (rôles, utilisateurs, login…) - exemple : sp_droplogin
  • d'obtenir de l'aide et de la documentation (aide en ligne, explications) - exemple : sp_helpsort
  • de gérer les agents (alertes et batch) - exemple : sp_add_job
  • d'assurer les réplications (entre bases et serveurs) - exemple : sp_deleteMergeConflictRows
  • de monitorer le fonctionnement de SQL Server (tracer l'exécution) - exemple : xp_sqlTrace
  • ...

Nota : des procédures stockées dites étendues (dont le nom commence généralement par "xp_") font appel à du code C sous forme de DLL. Exemple : xp_cmdShell, permet de lancer un programme en ligne de commande depuis SQL Server (procédure dont l'utilisation est à déconseiller !)

Exemple - création d'un type utilisateur (DOMAINE SQL 2) pour spécification numérique de la valeur d'un mois avec contrôle de validité :

 
Sélectionnez

-- ajout du type TT_MONTH en entier obligatoire
SP_addType TT_MONTH, 'INTEGER', 'NOT NULL'

-- creation de la règle R_CHECK_MONTH vérifiant 
-- que la valeur soit comprise entre 1 et 12
CREATE RULE R_CHECK_MONTH AS @value BETWEEN 1 AND 12

-- liaison de la règle au type
SP_bindRule R_CHECK_MONTH, TT_MONTH

4.5. Verrouillage

Le verrouillage est la technique de base pour assurer les concurrences d'accès aux ressources.
On peut observer les verrous posés lors des manipulations de données à l'aide de la procédure stockée sp_lock. De même on peut savoir qui utilise quoi à l'aide de la procédure stockée sp_who.

SQL Server pose en principe les bons verrous lors des requêtes. Mais il peut arriver que l'on souhaite :

  • soit se débarrasser des contraintes de verrouillage, notamment pour faire du "dirty read" (lecture sale)
  • soit poser des verrous plus contraignant pour s'assurer du traitement

Dans les deux cas il faut compléter les ordre SQL par une description des verrous attendus.

Voici les paramètres de verrouillage que l'on peut spécifier :

Verrou SELECT UPDATE
NOLOCK aucun verrou impossible
HOLDLOCK maintient du verrou jusqu'à la fin de la transaction pas nécessaire
UPDLOCK pose un verrou de mise à jour au lieu d'un verrou partagé redondant
PAGLOCK force la pose d'un verrou de page force la pose d'un verrou de page
TABLOCK force un verrou partagé sur la table force un verrou exclusif sur la table
TABLOCKX force un verrou exclusif sur la table pendant toute la durée de la transaction force un verrou exclusif sur la table pendant toute la durée de la transaction

Ces paramètres se précisent dans un ordre SQL après le nom de la table et le mot clef WITH en utilisant le parenthèsage.

Exemples :

Accélération d'une extraction de données en demandant la suppression du verrouillage :

 
Sélectionnez

SELECT *
FROM   T_CLIENT C WITH (NOLOCK)
       JOIN T_FACTURE F WITH (NOLOCK) 
            ON C.CLI_ID = F.CLI_ID

Verrouillage exclusif de la table le temps de la mise à jour :

 
Sélectionnez

UPDATE T_CLIENT WITH (TABLOCK)
SET CLI_NOM = REPLACE(CLI_NOM, ' ', '-')

On peut combiner certains paramètres de verrouillage.
Exemple :

 
Sélectionnez

... WITH (PAGLOCK HOLDLOCK) ...

Attention : la manipulation des verrous est affaire de spécialistes. Une pose de verrous sans étude préalable de la concurrence d'exécution des différentes procédures stockées d'une base, peut conduire à des scénarios de blocage, comme "l'étreinte fatale".

4.6. Gestion de transactions

Toute ordre SQL du DML est une transaction (SELECT INSERT, UPDATE, DELETE).

Parce que SQL Server fonctionne en "AUTOCOMMIT", une combinaison de différents ordres nécessite la pose explicite d'une transaction.
Ceci se fait par l'instruction BEGIN TRANSACTION et doit être terminé soit par un ROLLBACK, soit par un COMMIT.

Une transaction peut être anonyme ou nommée. De toute façon SQL Server lui attribue un identifiant interne unique.

Exemple simple. Il s'agit de réserver 3 place dans le vol AF714 pour le client 123, s'il y a bien de la place pour ce vol !

 
Sélectionnez

BEGIN TRANSACTION

-- reste t-il de la place pour ce vol ?
IF NOT EXISTS(SELECT *
              FROM   T_VOL_AVION
              WHERE  VOL_REF = 'AF714'
                AND  VOL_PLACE_LIBRE > 3)
THEN
BEGIN
   ROLLBACK TRANSACTION
   RETURN
END

-- décompte des places vendues
UPDATE T_VOL_AVION
SET    VOL_PLACE_LIBRE  = VOL_PLACE_LIBRE - 3
WHERE  VOL_REF = 'AF714'
IF (@@ERROR <> 0) OR (@@ROWCOUNT = 0)
   GOTO ROLLBACK_ON_ERROR

-- génération d'une réservation
INSERT INTO T_RESERVATION (VOL_REF, CLI_ID, PLACES)
VALUES ('AF714', 123, 3)
IF (@@ERROR <> 0) OR (@@ROWCOUNT = 0)
   GOTO ROLLBACK_ON_ERROR

-- validation de l'ensemble
COMMIT TRANSACTION
RETURN

-- si branchement à l'étiquette d'erreur alors ROLLBACK
ROLLBACK_ON_ERROR:
   ROLLBACK TRANSACTION

SQL Server permet aussi de définir des points de sauvegarde, que l'on peut considérer comme un validation partielle d'une transaction. Pour définir un point de sauvegarde il faut utiliser l'instruction SAVE TRANSACTION avec un nom de préférence (pas obligatoire).
Par conséquent pour faire un ROLLBACK partiel il suffit de préciser le nom du point de sauvegarde dans l'ordre ROLLBACK.

L'utilisation de la variable @@TranCount permet de savoir le nombre de transaction ouvertes en cours.

Une bonne transaction ne saurait être bien gérée sans une appréciation claire du niveau d'isolation. SQL Server gère les 4 niveaux de la norme SQL 2. La commande SET TRANSACTION ISOLATION LEVEL dont les options sont READ COMMITTED, READ UNCOMMITTED, REPEATABLE READ et SERIALIZABLE permet de définir le niveau d'isolation d'une transaction.

Niveau Effets ID
 
Sélectionnez

READ UNCOMMITTED
Implémente la lecture incorrecte, ou le verrouillage de niveau 0, ce qui signifie qu'aucun verrou partagé n'est généré et qu'aucun verrou exclusif n'est respecté. Lorsque cette option est activée, il est possible de lire des données non validées, ou données incorrectes ; les valeurs des données peuvent être modifiées et des lignes peuvent apparaître ou disparaître dans le jeu de données avant la fin de la transaction. Cette option a le même effet que l'activation de l'option NOLOCK dans toutes les tables de toutes les instructions SELECT d'une transaction. Il s'agit du niveau d'isolation le moins restrictif parmi les quatre disponibles. 0
 
Sélectionnez

READ COMMITTED
Spécifie que les verrous partagés sont maintenus durant la lecture des données pour éviter des lectures incorrectes. Les données peuvent néanmoins être modifiées avant la fin de la transaction, ce qui donne des lectures non renouvelées ou des données fantômes. Cette option est l'option SQL Server par défaut. 1
 
Sélectionnez

REPEATABLE READ
Des verrous sont placés dans toutes les données utilisées dans une requête, afin d'empêcher les autres utilisateurs de les mettre à jour. Toutefois, un autre utilisateur peut ajouter de nouvelles lignes fantômes dans un jeu de données par un utilisateur ; celles-ci seront incluses dans des lectures ultérieures dans la transaction courante. 2
 
Sélectionnez

SERIALIZABLE
Place un verrou sur une plage de données, empêchant les autres utilisateurs de les mettre à jour ou d'insérer des lignes dans le jeu de données, jusqu'à la fin de la transaction. Il s'agit du niveau d'isolation le plus restrictif parmi les quatre niveaux disponibles. Utilisez cette option uniquement lorsque cela s'avère nécessaire, car la concurrence d'accès est moindre. Cette option a le même effet que l'utilisation de l'option HOLDLOCK dans toutes les tables de toutes les instructions SELECT d'une transaction. 3

Attention : par défaut SQL Server travaille au niveau READ COMMITTED. Ceci explique sa rapidité comparée a des serveurs qui fonctionnent par défaut au niveau d'isolation maximal mais peut s'avérer catastrophique pour l'intégité des données !!!

CONSEIL : il est toujours préférable d'utiliser la gestion des transactions que de manipuler les verrous, sauf en ce qui concerne la "lecture sale" notamment dans le cadre d'une utilisation client/serveur en mode déconnecté (par exemple dans le cadre de restitutions documentaires pour un site web).

NOTA : SQL Server permet de gérer des transactions distribuées et gère le "commit à deux phases" mais sans permettre l'utilisation de points de sauvegarde.

Exemple : gestion d'un arbre modélisé par intervalle

Pour une illustration plus complète des procédures stockées nous allons montrer les différentes procédures nécessaires pour faire "fonctionner" un arbre modélisé sous forme intervallaire. Pour une développement plus complet de ce sujet, lire l'article sur la représentation intervallaire des arborescences

Dans notre cas nous allons considérer une table permettant de gérer le développement des projet d'une entreprise. Voici la table du développement. Elle contient les informations de chaque noeuds, y compris son identifiant, sojn libellé, ses bornes droite et gauche et son niveau :

 
Sélectionnez

CREATE TABLE T_DEVELOPPEMENT_DEV 
(DEV_ID           INTEGER IDENTITY (1, 1) NOT NULL ,  -- identifiant 
 DEV_NIVEAU       SMALLINT                NOT NULL ,  -- niveau du noeud
 DEV_LIBELLE      CHAR (32)               NOT NULL ,  -- libellé
 DEV_BORNE_GAUCHE INTEGER                 NOT NULL ,  -- borne gauche de l'arbre
 DEV_BORNE_DROITE INTEGER                 NOT NULL)   -- borne droite de l'arbre

Tout d'abord voici la procédure d'insertion d'un fils ainé, c'est à dire d'un fils qui sera le plus proche du sommet au moment de l'insertion. On passe à la procédure l'identifiant du noeud père et le libellé. Une variable de retour permet de conaître l'état de l'insertion.

 
Sélectionnez

CREATE PROCEDURE SP_DEV_INSERTION_ARBRE_FILS_AINE
       @id_pere integer,
       @libelle varchar(32),
       @id_ins  integer OUTPUT AS

-- Frédéric BROUARD 17/11/2001
-- insertion sous père dans l'arbre du développement
-- paramètres : id_pere, libelle

DECLARE @bg_pere integer 
DECLARE @niveau integer
DECLARE @OK integer

SET NOCOUNT ON

-- démarrage transaction 
SET TRANSACTION ISOLATION LEVEL SERIALIZABLE
BEGIN TRANSACTION INSERT_TREE_FILS_AINE

-- vérification de l'existence du père
SELECT @OK = count(*)
FROM T_DEVELOPPEMENT_DEV
WHERE DEV_ID = @id_pere

-- si élément supprimé, alors retour sans insertion avec valeur -1
IF @OK = 0
BEGIN
   SELECT -1
   ROLLBACK TRANSACTION INSERT_TREE_FILS_AINE
   RETURN
END

-- recherche du bg_pere et calcul du niveau inférieur
SELECT @bg_pere = DEV_BORNE_GAUCHE, @niveau = DEV_NIVEAU + 1
FROM T_DEVELOPPEMENT_DEV
WHERE DEV_ID = @id_pere

-- décalage pour insertion borne droite
UPDATE T_DEVELOPPEMENT_DEV 
SET DEV_BORNE_DROITE = DEV_BORNE_DROITE + 2 
WHERE DEV_BORNE_DROITE > @bg_pere

IF @@ERROR <>0
BEGIN
   ROLLBACK TRANSACTION INSERT_TREE_FILS_AINE
   SELECT -1
   RETURN
END

-- décalage pour insertion borne gauche
UPDATE T_DEVELOPPEMENT_DEV 
SET DEV_BORNE_GAUCHE = DEV_BORNE_GAUCHE + 2 
WHERE DEV_BORNE_GAUCHE > @bg_pere

IF @@ERROR <>0
BEGIN
   ROLLBACK TRANSACTION INSERT_TREE_FILS_AINE
   SELECT -1
   RETURN
END

-- insertion
INSERT INTO T_DEVELOPPEMENT_DEV (DEV_NIVEAU, DEV_LIBELLE, DEV_BORNE_GAUCHE, DEV_BORNE_DROITE) 
       VALUES (@niveau, @libelle, @bg_pere + 1, @bg_pere + 2) 

SELECT @id_ins = @@identity

IF @@ERROR <>0
BEGIN
   ROLLBACK TRANSACTION INSERT_TREE_FILS_AINE
   SELECT -1
   RETURN
END

COMMIT TRANSACTION INSERT_TREE_FILS_IANE

SELECT @id_ins  -- renvoie de l'identifiant de l'élément inséré.

Pour le fils cadet, la procédure n'est pas plus compliquée :

 
Sélectionnez

CREATE PROCEDURE SP_DEV_INSERTION_ARBRE_FILS_CADET
       @id_pere integer,
       @libelle varchar(32),
       @id_ins  integer      OUTPUT AS

-- Frédéric BROUARD 17/11/2001
-- insertion sous père dans l'arbre du développement
-- paramètres : id_pere, libelle

DECLARE @bd_pere integer
DECLARE @niveau integer
DECLARE @OK integer

SET NOCOUNT ON

-- on gère une transaction qui remanie les bornes de l'arbre.
-- il ne faut pas être 'dérangé' par d'autres utilisateurs concurrents pendant cette manoeuvre
SET TRANSACTION ISOLATION LEVEL SERIALIZABLE
BEGIN TRANSACTION INSERT_TREE_FILS_CADET

-- vérification de l'existence du père
SELECT @OK = count(*)
FROM T_DEVELOPPEMENT_DEV
WHERE DEV_ID = @id_pere

-- si élément supprimé, alors retour sans insertion avec valeur -1
IF @OK = 0
BEGIN
   SELECT -1
   ROLLBACK TRANSACTION INSERT_TREE_FILS_CADET
   RETURN
END

-- recherche du bg_pere et calcul du niveau inférieur
SELECT @bd_pere = DEV_BORNE_DROITE, @niveau = DEV_NIVEAU + 1
FROM T_DEVELOPPEMENT_DEV
WHERE DEV_ID = @id_pere

-- décalage pour insertion borne droite
UPDATE T_DEVELOPPEMENT_DEV 
SET DEV_BORNE_DROITE = DEV_BORNE_DROITE + 2 
WHERE DEV_BORNE_DROITE >= @bd_pere

IF @@ERROR <>0
BEGIN
   ROLLBACK TRANSACTION INSERT_TREE_FILS_CADET
   SELECT -1
   RETURN
END

-- décalage pour insertion borne gauche
UPDATE T_DEVELOPPEMENT_DEV 
SET DEV_BORNE_GAUCHE = DEV_BORNE_GAUCHE + 2 
WHERE DEV_BORNE_GAUCHE > @bd_pere

IF @@ERROR <>0
BEGIN
   ROLLBACK TRANSACTION INSERT_TREE_FILS_CADET
   SELECT -1
   RETURN
END

-- insertion
INSERT INTO T_DEVELOPPEMENT_DEV (DEV_NIVEAU, DEV_LIBELLE, DEV_BORNE_GAUCHE, DEV_BORNE_DROITE) 
       VALUES (@niveau, @libelle, @bd_pere , @bd_pere + 1)

SELECT @id_ins = @@identity

IF @@ERROR <>0
BEGIN
   ROLLBACK TRANSACTION INSERT_TREE_FILS_CADET
   SELECT -1 as ID
   RETURN
END

COMMIT TRANSACTION INSERT_TREE_SON

SELECT @id_ins

Voici maintenant comment on insère un frère à droite d'un autre :

 
Sélectionnez

CREATE PROCEDURE SP_DEV_INSERTION_ARBRE_FRERE_DROIT
       @id_frere integer,
       @libelle  varchar(32),
       @id_ins   integer       OUTPUT AS

-- Frédéric BROUARD 17/11/2001
-- insertion latérale à droite du frère
-- paramètres : id_frere, libelle

DECLARE @bd_frere integer
DECLARE @niveau integer
DECLARE @OK integer

SET NOCOUNT ON

-- démarrage transaction
SET TRANSACTION ISOLATION LEVEL SERIALIZABLE
BEGIN TRANSACTION INSERT_TREE_RIGHT

-- vérifie de l'existence du frère
SELECT @OK = count(*)
FROM T_DEVELOPPEMENT_DEV
WHERE DEV_ID = @id_frere

-- si élément supprimé, alors retour sans insertion avec valeur -1
IF @OK = 0
BEGIN
   SELECT -1
   ROLLBACK TRANSACTION INSERT_TREE_RIGHT
   RETURN
END

-- recherche du bd_frere et du niveau
SELECT @bd_frere = DEV_BORNE_DROITE, @niveau = DEV_NIVEAU 
FROM T_DEVELOPPEMENT_DEV
WHERE DEV_ID = @id_frere

-- décalage borne gauche pour insertion
UPDATE T_DEVELOPPEMENT_DEV 
SET    DEV_BORNE_GAUCHE = DEV_BORNE_GAUCHE + 2 
WHERE  DEV_BORNE_GAUCHE > @bd_frere

IF @@ERROR <>0
BEGIN
   ROLLBACK TRANSACTION  INSERT_TREE_RIGHT
   SELECT -1
   RETURN
END

-- décalage borne droite pour insertion
UPDATE T_DEVELOPPEMENT_DEV 
SET DEV_BORNE_DROITE = DEV_BORNE_DROITE + 2
WHERE DEV_BORNE_DROITE > @bd_frere

IF @@ERROR <>0
BEGIN
   ROLLBACK TRANSACTION  INSERT_TREE_RIGHT
   SELECT -1
   RETURN
END

-- insertion
INSERT INTO T_DEVELOPPEMENT_DEV (DEV_NIVEAU, DEV_LIBELLE, DEV_BORNE_GAUCHE, DEV_BORNE_DROITE) 
       VALUES (@niveau, @libelle, @bd_frere + 1, @bd_frere+2) 

SELECT @id_ins = @@identity

IF @@ERROR <>0
BEGIN
   ROLLBACK TRANSACTION  INSERT_TREE_RIGHT
   SELECT -1
   RETURN
END

COMMIT TRANSACTION INSERT_TREE_RIGHT

SELECT @id_ins
 

Même insertion en frère à gauche :

 
Sélectionnez

CREATE PROCEDURE SP_DEV_INSERTION_ARBRE_FRERE_GAUCHE
       @id_frere integer,
       @libelle  varchar(32),
       @id_ins   integer OUTPUT AS

-- Frédéric BROUARD 17/11/2001
-- insertion latérale à gauche du frère
-- paramètres : id_frere, libelle

DECLARE @bg_frere integer
DECLARE @niveau integer
DECLARE @OK integer

SET NOCOUNT ON

SET TRANSACTION ISOLATION LEVEL SERIALIZABLE
BEGIN TRANSACTION INSERT_TREE_LEFT

-- vérification de l'existence du frère
SELECT @OK = count(*)
FROM T_DEVELOPPEMENT_DEV
WHERE DEV_ID = @id_frere

-- si élément supprimé, alors retour sans insertion avec valeur -1
IF @OK = 0
BEGIN
   SELECT -1
   ROLLBACK TRANSACTION INSERT_TREE_LEFT
   RETURN
END

-- recherche du bg_frere
SELECT @bg_frere = DEV_BORNE_GAUCHE, @niveau = DEV_NIVEAU 
FROM T_DEVELOPPEMENT_DEV
WHERE DEV_ID = @id_frere

-- décalage borne gauche pour insertion
UPDATE T_DEVELOPPEMENT_DEV 
SET   DEV_BORNE_GAUCHE = DEV_BORNE_GAUCHE + 2 
WHERE DEV_BORNE_GAUCHE >= @bg_frere

IF @@ERROR <>0
BEGIN
   ROLLBACK TRANSACTION INSERT_TREE_LEFT
   SELECT -1
   RETURN
END

-- décalage borne droite pour insertion
UPDATE T_DEVELOPPEMENT_DEV 
SET DEV_BORNE_DROITE = DEV_BORNE_DROITE + 2
WHERE DEV_BORNE_DROITE > @bg_frere

IF @@ERROR <>0
BEGIN
   ROLLBACK TRANSACTION INSERT_TREE_LEFT
   SELECT -1
   RETURN
END

-- insertion
INSERT INTO T_DEVELOPPEMENT_DEV (DEV_NIVEAU, DEV_LIBELLE, DEV_BORNE_GAUCHE, DEV_BORNE_DROITE) 
       VALUES (@niveau, @libelle, @bg_frere, @bg_frere+1) 

SELECT @id_ins = @@identity

IF @@ERROR <>0
BEGIN
   ROLLBACK TRANSACTION
   SELECT -1
   RETURN
END

COMMIT TRANSACTION INSERT_TREE_LEFT

SELECT @id_ins

Enfin, comment supprimer. Notez l'argument "récursif" passé en paramètre de procédure pour spécifier si l'on tue toute la lignée ou si l'on laisse survivre les descendants !

 
Sélectionnez

CREATE PROCEDURE SP_DEV_SUPPRESSION
       @id_element integer,
       @recursif   bit
AS

-- Frédéric BROUARD 20/11/2001
-- suppression d'un élément (@recursif = 0) ou d'un sous arbre (@recursif = 1)
-- paramètres : id_element, @recursif

DECLARE @OK integer
DECLARE @bg_element integer
DECLARE @bd_element integer
DECLARE @intervalle integer
 

SET NOCOUNT ON

-- démarrage transaction
SET TRANSACTION ISOLATION LEVEL SERIALIZABLE
BEGIN TRANSACTION DELETE_TREE

-- vérifie de l'existence de l'élément
SELECT @OK = count(*)
FROM T_DEVELOPPEMENT_DEV
WHERE DEV_ID = @id_element

-- si élément supprimé, alors retour sans insertion avec valeur -1
IF @OK = 0
BEGIN
   SELECT -1
   ROLLBACK TRANSACTION DELETE_TREE
   RETURN
END
 

-- recherche des bd_element et bd_element
SELECT @bd_element = DEV_BORNE_DROITE, @bg_element = DEV_BORNE_GAUCHE
FROM T_DEVELOPPEMENT_DEV
WHERE DEV_ID = @id_element

IF @recursif = 0
BEGIN
-- suppression de l'élément 
   DELETE FROM T_DEVELOPPEMENT_DEV
   WHERE  DEV_ID = @id_element

   IF @@ERROR <>0
   BEGIN
      ROLLBACK TRANSACTION  DELETE_TREE
      SELECT -1
      RETURN
   END

-- décalage des bords droits et gauches des éléments du sous arbre
   UPDATE T_DEVELOPPEMENT_DEV
   SET DEV_BORNE_DROITE = DEV_BORNE_DROITE - 1,  DEV_BORNE_GAUCHE = DEV_BORNE_GAUCHE - 1
   WHERE DEV_BORNE_GAUCHE > @bg_element AND DEV_BORNE_DROITE < @bd_element

   IF @@ERROR <>0
   BEGIN
      ROLLBACK TRANSACTION  DELETE_TREE
      SELECT -1
      RETURN
   END

-- décalage des bords gauches des éléments externes au sous arbre
   UPDATE T_DEVELOPPEMENT_DEV
   SET    DEV_BORNE_GAUCHE = DEV_BORNE_GAUCHE - 2
   WHERE  DEV_BORNE_GAUCHE > @bg_element 

   IF @@ERROR <>0
   BEGIN
      ROLLBACK TRANSACTION  DELETE_TREE
      SELECT -1
      RETURN
   END

-- décalage des bords droits des éléments externes au sous arbre
   UPDATE T_DEVELOPPEMENT_DEV
   SET    DEV_BORNE_DROITE = DEV_BORNE_DROITE - 2
   WHERE  DEV_BORNE_DROITE < @bg_element

   IF @@ERROR <>0
   BEGIN
      ROLLBACK TRANSACTION  DELETE_TREE
      SELECT -1
      RETURN
   END
END

IF @recursif = 1
BEGIN
-- suppression des éléments du sous arbre
   DELETE FROM T_DEVELOPPEMENT_DEV
   WHERE  DEV_BORNE_GAUCHE >= @bg_element AND DEV_BORNE_DROITE <= @bd_element

   IF @@ERROR <>0
   BEGIN
      ROLLBACK TRANSACTION  DELETE_TREE
      SELECT -1
      RETURN
   END

-- calcul de l'intervalle de décallage
   SET @intervalle = @bd_element - @bg_element + 1

-- décalage des bords gauches des éléments externes au sous arbre
   UPDATE T_DEVELOPPEMENT_DEV
   SET    DEV_BORNE_GAUCHE = DEV_BORNE_GAUCHE - @intervalle
   WHERE  DEV_BORNE_GAUCHE > @bg_element 

   IF @@ERROR <>0
   BEGIN
      ROLLBACK TRANSACTION  DELETE_TREE
      SELECT -1
      RETURN
   END

-- décalage des bords droits des éléments externes au sous arbre
   UPDATE T_DEVELOPPEMENT_DEV
   SET    DEV_BORNE_DROITE = DEV_BORNE_DROITE - @intervalle
   WHERE  DEV_BORNE_DROITE < @bg_element

   IF @@ERROR <>0
   BEGIN
      ROLLBACK TRANSACTION  DELETE_TREE
      SELECT -1
      RETURN
   END

END

COMMIT TRANSACTION  DELETE_TREE

4.7. Les curseurs

Les curseurs sont des mécanismes de mémoire tampons permettant d'accéder aux données renvoyées par une requête et donc de parcourir les lignes du résultat.

Un curseur se définit dans une instruction DECLARE possédant une requête de type SELECT. Il convient de définir pour chaque colonne renvoyé une variable de type approprié.
Pour lancer la requête associée (et donc placer les données dans les buffers appropriés) il faut utiliser l'instruction OPEN.
Un curseur doit être refermé avec l'instruction CLOSE.
Pour libérer la mémoire utilisée par un curseur, il faut utiliser l'instruction DEALLOCATE.

Pour lire les données de la ligne courante et les associées aux variables du curseur il faut utiliser l'instruction FETCH.

Par défaut l'instruction FETCH navigue en avant d'une ligne à chaque lecture dans l'ensemble des données du résultat. Pour naviguer différemment, on peut qualifier le FETCH avec les mots clef NEXT, PRIOR, FIRST, LAST, ABSOLUTE n et RELATIVE n, mais il faut avoir déclaré le curseur avec l'attribut SCROLL...

Enfin la variable @@fetch_Status permet de savoir si la dernière instruction FETCH passée s'est correctement déroulée (valeur 0), ce qui permet de tester si l'on est arrivé en fin de parcours de l'ensemble de données.

Une boucle traditionnelle de manipulation d'un curseur prend la forme suivante :

 
Sélectionnez

-- déclaration des variables de colonnes pour le curseur
DECLARE @Col1 Type1, @Col2 Type2, @Col3, Type3...

-- declaration du curseur
DECLARE MyCursor CURSOR 
FOR 
   SELECT COL1, COL2, COL3 …
   FROM MyTable

-- ouverture du curseur
OPEN MyCursor

-- lecture du premier enregistrement
FETCH MyCursor INTO @Col1, @Col2, @Col3...

-- boucle de traitement
WHILE @@fetch_Status = 0
BEGIN
   traitement
-- lecture de l'enregistrement suivant
   FETCH MyCursor INTO @Col1, @Col2, @Col3...
END

-- fermeture du curseur
CLOSE myCursor

-- libération de la mémoire
DEALLOCATE myCursor

On constate que l'instruction FETCH apparaît deux fois. Une première fois avant la boucle WHILE une seconde fois à l'intérieur et en dernière ligne de la boucle WHILE.
C'est la façon la plus classique et la plus portable d'utiliser des curseurs.

NOTA : les performances sont en baisse lorsque l'on utilise tout autre déplacement que le NEXT.

Remarque : il est possible d'effectuer des mises à jours de données via des curseurs, mais cela n'est pas conseillé. Dans ce cas il faut préciser en fin de déclaration du curseur : FOR UPDATE OF liste_colonne

On peut aussi faire du "dirty read" avec les curseurs de SQL Server en précisant l'attribut INSENSITIVE juste après le nom du curseur.

La syntaxe complète SQL 2 de la déclaration d'un curseur dans MS SQL Server est :

 
Sélectionnez

DECLARE nom_curseur [INSENSITIVE] [SCROLL] CURSOR 
FOR requête_select
FOR {READ ONLY | UPDATE [OF colonne1 [, colonne2...]]}]

La syntaxe admise par le Transact SQL de MS SQL Server est plus complète mais moins portable :

 
Sélectionnez

DECLARE nom_curseur CURSOR [LOCAL | GLOBAL] FORWARD_ONLY | SCROLL] [STATIC | KEYSET | DYNAMIC | FAST_FORWARD] READ_ONLY | 
					SCROLL_LOCKS | OPTIMISTIC] [TYPE_WARNING]
FOR requête_select
FOR UPDATE [OF colonne1 [, colonne2...]]]

Exemple : voici un petit exercice consistant, pour chaque table de la base à en donner le nombre de ligne. Pour cela on utilise une vue d'information de schema pour récupérer le nom de toutes les tables et les traiter.

 
Sélectionnez

/***************************************************/
-- Frédéric BROUARD - Communicatic SA - 2001-12-24 --
--=================================================--
-- Informe du nombre de ligne de chaque table de   --
-- la base de données                              --
/***************************************************/

CREATE PROCEDURE SP_SYS_DB_DATA_ROWS
AS

-- variables locales de la procédure
DECLARE @NomTable VARCHAR(128),     -- nom de la table
        @SQL      VARCHAR(1000)     -- texte de la requête dynamique

-- pas de messages intempestifs
SET NOCOUNT ON

-- déclaration du curseur pour analyse des tables de la base
DECLARE CursBase CURSOR 
FOR
   SELECT TABLE_NAME
   FROM   INFORMATION_SCHEMA.tables
   WHERE  TABLE_TYPE = 'BASE TABLE'

-- gestion de la table des résultats : nom de la table temporaire
SET @NomTable = '#DATA_VOLUME'

-- vidage si existence de cette table, sinon création
IF EXISTS(SELECT * FROM   INFORMATION_SCHEMA.tables WHERE  TABLE_NAME = @NomTable)
   DELETE FROM #DATA_VOLUME
ELSE
   CREATE TABLE #DATA_VOLUME
   (TABLE_NAME  VARCHAR(128),
    DATA_ROWS   INTEGER)

-- ouverture du curseur
OPEN CursBase

-- lecture de la première ligne
FETCH CursBase INTO @NomTable

-- boucle ligne à ligne
WHILE @@FETCH_STATUS = 0
BEGIN
-- requête d'insertion avec recherche du nombre de ligne de la table analysée
   SET @SQL = 'INSERT INTO #DATA_VOLUME SELECT '''
              + @NomTable + ''', COUNT(*) FROM ' + @NomTable
   EXEC(@SQL)
   FETCH CursBase INTO @NomTable
END

-- fermeture et désallocation d'espace mémoire du curseur
CLOSE CursBase
DEALLOCATE CursBase

-- envoi des données
SELECT * FROM #DATA_VOLUME

-- pas de messages intempestifs
SET NOCOUNT OFF

Exemple : un deuxième exemple plus complexe nous montre comment rechercher l'occurence d'un mot dans toutes les colonnes de toutes les tables de la base. C'est une extension de l'exemple vu au paragaphe 4.3 :

 
Sélectionnez

 /*---------------------------------------------------\
| recherche d'une occurrence de mot dans n'importe     |
| quelle colonne de type caractères de n'importe       |
| quelle table de la base de données                   | 
|----------------------------------------------------- |
| Frédéric BROUARD - COMMUNICATIC SA - 2001-12-18      |
 \-------------------------------------------------- */

CREATE PROCEDURE SP_SEARCH_STRING_ANYFIELD_ANYTABLE
                 @SearchWord Varchar(32)      -- mot recherché
AS 

DECLARE @ErrMsg VARCHAR(128)

-- effet de bord 1 : pas de mot passé
IF @SearchWord IS NULL
BEGIN
   SET @ErrMsg = 'Impossible de traiter cette recherche avec un argument NULL'
   GOTO LBL_ERROR 
END

-- effet de bord 2 : mot vide passé
IF @SearchWord = ''
BEGIN
   SET @ErrMsg = 'Impossible de traiter cette recherche avec un argument vide'
   GOTO LBL_ERROR 
END

-- effet de bord 3 : mot contenant un caractère joker % du LIKE
IF CHARINDEX('%', @SearchWord) > 0
BEGIN
   SET @ErrMsg = 'Impossible de traiter cette recherche avec un argument contenant un caractère %'
   GOTO LBL_ERROR 
END

-- effet de bord 4 : mot contenant un caractère joker _ du LIKE
IF CHARINDEX('_', @SearchWord) > 0
BEGIN
   SET @ErrMsg = 'Impossible de traiter cette recherche avec un argument contenant un caractère _'
   GOTO LBL_ERROR 
END

-- variables de travail
DECLARE @TableName   VARCHAR(128), -- nom de la table passé en argument
        @ColumnList1 VARCHAR(2000),-- liste des colonnes pour clause SELECT
        @ColumnList2 VARCHAR(2000),-- liste des colonnes pour clause WHERE
        @SQL         VARCHAR(5000) -- requête dynamique 

-- curseur parcourant toutes les tables
DECLARE CurTables CURSOR
FOR 
   SELECT DISTINCT TABLE_NAME
   FROM   INFORMATION_SCHEMA.tables
   WHERE  TABLE_TYPE = 'BASE TABLE'
     AND  TABLE_NAME IS NOT NULL
-- en cas d'erreur
IF @@Error <> 0
BEGIN
   SET  @ErrMsg = 'Erreur dans la recherche de la lsite des tables concernées'
   GOTO LBL_ERROR 
END

-- ouverture du cuseur
OPEN CurTables

-- lecture de la première ligne de l'ensemble de résultat
FETCH CurTables INTO @TableName

-- la lecture est-elle correcte ? Oui, on boucle !
WHILE @@Fetch_Status = 0
BEGIN

-- les variables contenant les listes des colonnes sont initialisée à vide
   SET @ColumnList1 = ''
   SET @ColumnList2 = ''

-- construction des listes
   SELECT @ColumnList1 = @ColumnList1 + COLUMN_NAME+', ',
          @ColumnList2 = @ColumnList2 + 'COALESCE('+COLUMN_NAME+', '''') + '
   FROM   INFORMATION_SCHEMA.COLUMNS
   WHERE  TABLE_NAME = @tableName
     AND  DATA_TYPE LIKE '%char%'

-- pas de colonnes cible pour la recherche, on lit l'enregistrement suivant et on boucle
   IF @ColumnList1 = ''
   BEGIN
      FETCH CurTables INTO @TableName
      CONTINUE
   END

-- suppression du dernier caractère parasite des listes de colonne 
   SET @ColumnList1 = SUBSTRING(@ColumnList1, 1, LEN(@ColumnList1) - 1)
   SET @ColumnList2 = SUBSTRING(@ColumnList2, 1, LEN(@ColumnList2) - 1)

-- création de la requête de recherche de l'ensemble des occurences
   SET @SQL = 'SELECT ' +@ColumnList1
            +' FROM '   +@TableName
            +' WHERE '  +@ColumnList2
            +' LIKE ''%'+@SearchWord+'%'''

-- exécution de la requête de recherche des occurences
   EXEC(@SQL)

-- lecture de la ligne suivante
   FETCH CurTables INTO @TableName
END

-- fermeture du curseur
CLOSE CurTables

-- libération de l'espace mémoire
DEALLOCATE CurTables

PRINT '*** RECHERCHE de l''occurence '+@SearchWord+ ' dans toute la base terminée ***'

RETURN

-- gestion des erreurs
LBL_ERROR:
RAISERROR (@ErrMsg, 16, 1)

Pour mettre à jour des données dans un curseur, il faut le déclarer avec la clause FOR UPDATE et utiliser un ordre UPDATE portant sur la table visé avec une clause WHERE dans laquelle on référence la ligne courante du curseur. Bien entendu la requête situé dans le curseur ne peut porter que sur une seule table !

Exemple :

 
Sélectionnez

-- déclaration d'un curseur pour mise à jour
DECLARE NomCurseur CURSOR
FOR 
   SELECT ...
   FROM LaTable
   ...
FOR UPDATE
...
-- exécution de la mise à jour sous curseur
UPDATE LaTable
SET Colonne1 = ..., Colonne2 = ...
WHERE CURRENT OF NomCurseur

5. Les triggers

Les triggers ou déclencheurs servent à étendre les mécanismes de gestion de l'intégrité référentielle (liens d'héritage par exemple) et permettre le contrôle de saisie. Il s'agit de code déclenché lors de certains événements de la base de données. Un trigger est toujours rattaché à une table. Les événements qui déclenche un trigger sont :

  • l'insertion de données (INSERT)
  • la suppression de données (DELETE)
  • la mise à jour (UPDATE)

Ils sont donc déclenchés systématiquement par une requête SQL, après l'exécution de cette requête (AFTER), ou à la place de l'exécution de cette requête (INSTEAD). SQL Server n'implémente pas de trigger BEFORE (avant exécution), mais nous verrons comment le simuler...

En fait le trigger correspond à la programmation des événements des langages d'interfaces graphique, comme Delphi ou Visual Basic.

5.1. Mise en place d'un trigger

On peut définir un trigger par l'interface de l'Entreprise Manager comme par un batch créée, par exemple dans l'analyseur de requête.

Image non disponible

Et cliquer sur l'icône approprié "Trigger"

Image non disponible

5.2. Syntaxe d'un trigger MS SQL Server 2000

 
Sélectionnez

CREATE TRIGGER <nom_trigger>
ON <table_ou_vue>
   FOR | AFTER | INSTEAD
   OF  [ INSERT ] [ , ] [ UPDATE ] [ , ] [DELETE]
AS
<code>

Cette syntaxe ne tient pas compte de toutes les possibilités.

Emplois typiques :

  • gestion d'héritage avec lien d'exclusion
  • suppression, insertion et mise à jour en cascade
  • contrôle de validité
  • respect d'intégrité complexes
  • formatage de données
  • archivage automatique
  • ...

5.3. Eléments du langage spécifique aux triggers

5.3.1. Pseudo tables INSERTED et DELETED

Les pseudo tables INSERTED et DELETED contiennent les données respectives de l'insertion ou la mise à jour (INSERTED) ou bien de la suppression (DELETED). On peut les utiliser dans des requêtes comme des tables ordinaires. La structure de ces tables est calquée sur le structure de la table sur laquelle repose le trigger.

5.3.2. Fonctions UPDATE et COLUMNS_UPDATED

La fonction UPDATE permet de tester si une colonne est visé par un changement de valeur. Elle s'emploie de la manière suivante :

 
Sélectionnez

IF [NOT] UPDATE(<colonne>)
BEGIN
   <traitement>
END

Elle ne peut être utilisée que dans les triggers de type INSERT et UPDATE.

La fonction COLUMNS_UPDATED() permet d'interroger les colonnes visées par un ordre INSERT ou UPDATE. Elle utilise un masque binaire constitué par le rang ordinal des colonnes de la table. Son emploi syntaxique est le suivant :

 
Sélectionnez

IF [NOT] (COLUMNS_UPDATED() & <masque ordinal>) <comparateur> <valeur masque attendue>
BEGIN
   <traitement>
END

Un exemple va nous permettre de préciser le fonctionnement de ce mécanisme.
Soit une table de prospects comme suit :

 
Sélectionnez

CREATE TABLE T_PROSPECT
(PSP_ID          INTEGER,
 PSP_NOM         CHAR(32),
 PSP_PRENOM      VARCHAR(25),
 PSP_SAISIE      DATETIME,
 PSP_TEL         VARCHAR(20))

Les valeurs ordinales des colonnes de cette table (en fait la position des colonnes lors de la construction de la table) sont les suivantes :

 
Sélectionnez

PSP_ID      PSP_NOM         PSP_PRENOM         PSP_SAISIE       PSP_TEL 
----------- --------------- ------------------ ---------------- -------------------- 
1           2               3                  4                5

Vous pouvez d'ailleurs retrouver la valeurs de ces positions ordinales par une requête dans les vue de schéma normalisé, comme suit :

 
Sélectionnez

SELECT COLUMN_NAME, ORDINAL_POSITION
FROM   INFORMATION_SCHEMA.COLUMNS
WHERE  TABLE_NAME = 'T_PROSPECT'
 
Sélectionnez

COLUMN_NAME        ORDINAL_POSITION 
----------------------------------- 
PSP_ID             1
PSP_NOM            2
PSP_PRENOM         3
PSP_SAISIE         4
PSP_TEL            5

Dès lors, si vous voulez savoir si l'ajout ou la mise à jour concerne les colonnes PSP_NOM, PSP_PRENOM et PSP_TEL, il faut écrire :

 
Sélectionnez

IF (COLUMNS_UPDATED() & 22) > 0
BEGIN
   <traitement>
END
pour savoir si au moins l'une des colonnes est concernée
 
Sélectionnez

IF (COLUMNS_UPDATED() & 22) = 22
BEGIN
   <traitement>
END
pour savoir si toutes les colonnes sont concernées

Le chiffre 22 s'obtenant par l'addition des puissances de 2 de la position ordinale des colonnes visées, c'est à dire :

 
Sélectionnez

colonne     : PSP_ID     PSP_NOM    PSP_PRENOM PSP_SAISIE PSP_TEL 
              ---------- ---------- ---------- ---------- ----------
ordinal     : 1          2          3          4          5
puissance 2 : 2^0 = 1    2^1 = 2    2^2 = 4    2^3 = 8 2^4 = 16
retenu      : non        oui        oui        non        oui
valeur      : 0     2         4          0          16          = 22 (SOMME de 16 + 4 + 2)

5.3.3. Annulation des effets d'un trigger

Pour empêcher un trigger de produire son effet on peut utiliser le ROLLBACK qui dans ce cas peut porter sur la transaction (ROLLBACK TRANSACTION celle qui a déclenchée le trigger par exemple) ou uniquement le trigger (ROLLBACK TRIGGER) c'est à dire sur les seuls effets de ce dernier.

C'est par ce biais que l'on peut simuler un trigger BEFORE : utiliser un trigger AFTER et le "rollbacker" ou bien utiliser un trigger INSTEAD et insérer quand même dans la table de destination.

Attention : un trigger n'est déclenché qu'une seule fois, même si l'ordre SQL qui l'a déclenché concerne de nombreuses lignes.

5.4. Exemples de triggers

Premier exemple - contrôle de validité de format de données. On désire empêcher la saisie de tout numéro de téléphone dans la table client qui possède d'autres caractères que des chiffres (au maximum 20) et des points de séparation :

 
Sélectionnez

CREATE TRIGGER E_CLI_INS
       ON  T_CLIENT
       FOR INSERT, UPDATE
AS
-- requête de contrôle avec table d'insertion
SELECT CAST(REPLACE(CLI_TEL, '.', '') as DECIMAL(20))
FROM   INSERTED
-- rollback en cas d'erreur
IF @@Error <> 0
ROLLBACK TRANSACTION

La première tentative de modification :

 
Sélectionnez

UPDATE T_CLIENT
SET    CLI_TEL = '01 02 03 04 05'
WHERE  CLI_ID = 1
Serveur : Msg 8114, Niveau 16, État 5, Procédure E_CLI_INS, Ligne 6
Erreur de conversion du type de données varchar en numeric.

provoque une erreur et l'insertion n'a pas lieu.

Tandis que la seconde va bien produire ses effets :

 
Sélectionnez

UPDATE T_CLIENT
SET    CLI_TEL = '91.92.93.94.95'
WHERE  CLI_ID = 1

Le seul inconvénient est que cette façon de procéder rejette toutes les lignes insérées ou mise à jour sans accepter celles qui peuvent être correctement formatées.
D'autre part on exécute cette procédure jusqu'au bout, même si la colonne CLI_TEL ne subie aucune modification. Néanmoins ce cas peut être résolu par un traitement spécifique utilisant la fonction UPDATE :

 
Sélectionnez

CREATE TRIGGER E_CLI_INS
       ON  CLIENT
       FOR INSERT, UPDATE
AS
-- inutile si pas d'update de la colonne visée
IF NOT UPDATE(CLI_TEL)
RETURN
-- requête de contrôle avec table d'insertion
SELECT CAST(REPLACE(CLI_TEL, '.', '') as DECIMAL(20))
FROM   INSERTED
-- rollback en cas d'erreur
IF @@Error <> 0
ROLLBACK TRANSACTION

Second exemple - L'exercice consiste maintenant à corriger à la volée des saisie incorrectes. Tous les caractères de séparation tel que le tiret ou l'espace d'un numéro de téléphone devra être convertis en point.

 
Sélectionnez

CREATE TRIGGER E_CLI_INS
       ON  CLIENT
       FOR UPDATE
AS
-- inutile si pas d'update de la colonne visée
IF NOT UPDATE(CLI_TEL)
RETURN
-- requête de correction avec table d'insertion
UPDATE client
SET    cli_tel =
       REPLACE(REPLACE(I.CLI_TEL, ' ', '.'), '-', '.')
FROM   T_CLIENT C 
       INNER JOIN INSERTED I
             ON C.CLI_ID = I.CLI_ID
-- rollback en cas d'erreur
IF @@Error <> 0
ROLLBACK TRANSACTION

Ainsi l'ordre :

 
Sélectionnez

UPDATE T_CLIENT
SET    CLI_TEL = '88 77-66 55.44'
WHERE  CLI_ID = 1

donne pour résultat :

 
Sélectionnez

cli_id      cli_nom                          Cli_tel 
----------- -------------------------------- -------------------- 
1           DUPONT                           88.77.66.55.44

et la saisie du numéro de téléphone a été corrigé à la volée et se trouve désormais au format voulu !

Attention : le danger réside dans l'exécution récursive de tels triggers. Comme l'on remet à jour la table à l'intérieur même du trigger, celui-ci est à nouveau déclenché. Le phénomène, s'il n'était pas limité, pourrait provoquer une famine du processus. Il faut donc veiller à le limiter. Dans ce sens SQL Server propose deux garde fous : le premier, intrinsèque au serveur est de ne jamais dépasser 16 niveaux de récursion. Le second est de proposer une limite plus restrictive à l'aide de la procédure sp_configure, qui permet de modifier la variable nested triggers afin d'étendre les limites d'appel de triggers imbriqués.
De plus pour connaître le niveau d'imbrication du trigger à l'intérieur de ce dernier il suffit de lancer la fonction TRIGGER_NESTLEVEL() qui renvoie une variable de niveau.
Conseil : il est préférable de ne pas utiliser de triggers imbriqués et donc de laisser le paramètre nested triggers de la configuration à 1.

Bien entendu ou pourrait être beaucoup plus fin dans ce genre de contrôle et analyser puis remplacer, caractères par caractères.
A titre de troisième exemple, nous allons réaliser un tel trigger :

 
Sélectionnez

CREATE TRIGGER E_CLI_INS
        ON  CLIENT
        FOR UPDATE
 AS
 -- inutile si pas d'update de la colonne visée
 IF NOT UPDATE(CLI_TEL)
 RETURN

 -- ouverture d'un curseur sur la table INSERTED
 -- pour les téléphones renseignés
 DECLARE CurIns CURSOR
 FOR
    SELECT CLI_ID, CLI_TEL
    FROM INSERTED
    WHERE CLI_TEL IS NOT NULL
 IF @@error <> 0 GOTO LBL_ERROR

 -- variable de travail 
 DECLARE @IdCli int, @TelAvant VARCHAR(20), @TelApres VARCHAR(20),
         @car CHAR(1), @i int, @j int

 -- ouverture du curseur
 OPEN CurIns
 IF @@error <> 0 GOTO LBL_ERROR

 -- lecture première ligne
 FETCH CurIns INTO @IdCli, @TelAvant

 -- boucle de lecture
 WHILE @@Fetch_Status = 0
 BEGIN
 -- si vide reboucle immédiatement
    IF @TelAvant = ''
    BEGIN
       FETCH CurIns INTO @IdCli, @TelAvant 
       CONTINUE
    END
 -- scrutation de la valeur du téléphone
    SET @i = 1
    SET @j = 0
    SET @TelApres = ''
 -- boucle de nettoyage sur tous les caractères
    WHILE @i <= LEN(@TelAvant)
    BEGIN
 -- reprise du caractère d'ordre i
       SET @car = SUBSTRING(@TelAvant,@i,1)
 -- on ne traite que les caractères de 0 à 9
       IF @car = '0' or @car = '1' or @Car = '2' or @Car = '3'
       or @car = '4' or @car = '5' or @Car = '6' or @Car = '7'
       or @car = '8' or @car = '9'
       BEGIN
          SET @TelApres = @TelApres + @Car
          SET @j = @j + 1
       END
       SET @i =@i + 1
    END
 -- si vide reboucle immédiatement
    IF @TelApres = ''
    BEGIN
       FETCH CurIns INTO @IdCli, @TelAvant 
       CONTINUE
    END
 -- découpage par tranche de 2 nombres
    SET @TelAvant = @TelApres
    SET @i = 1
    SET @TelApres = ''
 -- boucle de découpage
    WHILE @i <= LEN(@TelAvant)
    BEGIN
       SET @car = SUBSTRING(@TelAvant,@i,1)
       SET @TelApres = @TelApres + @Car
       IF @i % 2 = 0
          SET @TelApres = @TelApres + '-'
       SET @i =@i + 1
    END
 -- petit effet de bord si @TelApres se termine par un nombre pair, 
 -- alors tiret en trop !
    IF @j % 2 = 0 -- au pasage % est la fonction MODULO dans SQL Server
       SET @TelApres = SUBSTRING(@TelApres, 1, LEN(@TelApres)-1)
 -- mise à jour si différence
    IF @TelAvant <> @TelApres
    UPDATE CLIENT
    SET    CLI_TEL = @TelApres
    WHERE  CLI_ID = @IdCli 
    IF @@error <> 0 GOTO LBL_ERROR
    FETCH CurIns INTO @IdCli, @TelAvant
 END

 -- fermeture du curseur et désallocation de l'espace mémoire
 CLOSE CurIns
 DEALLOCATE CurIns

 RETURN

 -- rollback en cas d'erreur
 LBL_ERROR:
 ROLLBACK TRANSACTION

Quatrième exemple - il s'agit maintenant de supprimer en cascade dans différentes tables. Si un client (table T_CLIENT) est supprimé on doit lui retirer les factures (table T_FACTURE) qui le concerne :

 
Sélectionnez

CREATE TRIGGER E_DEL_CLI ON T_CLIENT
FOR DELETE
AS

DELETE FROM T_FACTURE
FROM T_FACTURE F
     INNER JOIN DELETED D
           ON F.CLI_ID = D.CLI_ID
IF @@ERROR <> 0
   ROLLBACK TRANSACTION

Bien entendu si vous avez placé de nouveau un trigger permettant de faire de la suppression dans les lignes de facture, alors il sera déclenché et supprimera les occurrences désirées. C'est ce que l'on appelle un déclenchement de triggers en cascade.

Cinquième exemple - la gestion d'un lien d'héritage suppose souvent une exclusion mutuelle entre les fils nous allons voir comment gérer ce cas de figure. Partons d'une table T_VEHICULE dont la spécialisation provoque deux tables : T_AVION et T_BATEAU. Un véhicule peut être un avion ou bien un bateau mais pas les deux. Une valeur de clef présente dans T_VEHICULE peut donc se retrouver soit dans T_BATEAU soit dans T_AVION mais on doit éviter qu'elle se retrouve dans les deux tables.

 
Sélectionnez

CREATE TRIGGER E_AVI_INS ON T_AVION
FOR INSERT
AS
DECLARE @rowInUse int, @rows int

-- on regarde si les clefs existent bien dans la table T_VEHICULE
SELECT @RowInUse = COUNT(*)
FROM INSERTED
SELECT @Rows = COUNT(*)
FROM T_VEHICULE V 
     JOIN INSERTED I
          ON V.VHC_ID = I.VHC_ID
IF @RowInUse <> @Rows
BEGIN
   ROLLBACK
   RAISERROR ('Identifiant de l''héritant inexistant',16,1)
   RETURN
END

-- on regarde si les clefs n'existent pas dans la table T_BATEAU
SELECT @Rows = COUNT(*)
FROM T_BATEAU B
     JOIN INSERTED I
          ON B.VHC_ID = I.VHC_ID
IF @Rows <> 0
BEGIN
   ROLLBACK
   RAISERROR ('Fils pré existant dans l''entité soeur BATEAU',16,1)
END

Jeu de test :

 
Sélectionnez

CREATE TABLE T_VEHICULE
(VHC_ID INT)

CREATE TABLE T_AVION
(VHC_ID INT,
 AVI_MARQUE VARCHAR(16),
 AVI_MODELE VARCHAR(16))

CREATE TABLE T_BATEAU
(VHC_ID INT,
 BTO_NOM VARCHAR(16),
 BTO_PORT VARCHAR(16))

INSERT INTO T_VEHICULE VALUES (1)
INSERT INTO T_VEHICULE VALUES (2)
INSERT INTO T_VEHICULE VALUES (3)

INSERT INTO T_BATEAU VALUES (2, 'Penduick', 'Lorient')
INSERT INTO T_BATEAU VALUES (3, 'Titanic', 'Liverpool')
INSERT INTO T_AVION VALUES (1, 'Boeing', '747')

INSERT INTO T_AVION VALUES (3, 'Tupolev', '144')
INSERT INTO T_AVION VALUES (5, 'Airbus', 'A320')

Les deux dernières insertions doivent être rejetées : l'id 3 existant dans l'entité frère T_BATEAU et l'id 5 n'existant pas dans l'entité mère.

Mais cet exemple est incomplet car il faudrait créer ce même type de trigger dans la table T_BATEAU pour vérifier la présence de la clef dans la table père et vérifier son absence dans la table sœur. De même qu'il serait souhaitable de gérer une suppression en cascade pour le père et éventuellement une modification de la valeur de la clef en cascade ! Bref, à vous de jouer...

Sixième exemple - voici maintenant une association d'un genre particulier. L'association 0:0 ! Comment gérer une telle relation ? Comme à mon habitude un exemple concret est plus compréhensible : nous voici avec un texte à indexer mot pour mot, et pour cela nous devons classer chaque mot rencontré dans le texte dans une table T_MOT (MOT_MOT, MOT_REF, MOT_PAGE, MOT_LIGNE, MOT_OFFSET) avec la référence du texte, la page, la ligne et l'offset en nombre de caractère. Mais il serait absurde d'indexer tous les mots. C'est pourquoi une table T_MOT_NOIR(MNR_MOT) de mot indésirables (les mots "noirs") est créée, et l'on souhaite qu'aucun des mots indexé pour le texte ne soit un mot noir, ni qu'aucun mot noir ne se trouve dans les mots indexé. C'est donc bien une relation d'exclusion totale, telle que l'intersection des colonnes MOT_MOT de T_MOT et MNR_MOT de T_MOT_NOIR produise un ensemble vide, ou plus simplement que :

 
Sélectionnez

NOT EXISTS(SELECT *
           FROM T_MOT MOT
                JOIN T_MOT_NOIR MNR 
                     ON MOT.MOT_MOT = MNR.MNR_MOT)

Soit toujours évaluée à vrai !

Un tel trigger n'est pas difficile à écrire :

 
Sélectionnez

CREATE TRIGGER E_INS_MOT ON T_MOT
FOR INSERT
AS
IF EXISTS(SELECT * 
          FROM INSERTED I 
               JOIN T_MOT_NOIR M
                    ON I.MOT_MOT = M.MNR_MOT)
BEGIN
   ROLLBACK
   RAISERROR ('Insertion d''un mot noir impossible',16,1)
   RETURN
END

Il faudrait d'ailleurs penser à écrire son réciproque dans la table T_MOT_NOIR empêchant ainsi l'insertion d'un mot noir pré existant dans la table T_MOT.

On peut bien entendu tester un tel trigger avec le jeu d'essai suivant :

 
Sélectionnez

CREATE TABLE T_MOT 
(MOT_MOT CHAR(32),
 MOT_REF CHAR(8),
 MOT_PAGE INT,
 MOT_LIGNE INT,
 MOT_OFFSET INT)

CREATE TABLE T_MOT_NOIR
(MNR_MOT CHAR(32))

INSERT INTO T_MOT_NOIR VALUES ('LE')
INSERT INTO T_MOT_NOIR VALUES ('LA')
INSERT INTO T_MOT_NOIR VALUES ('LES')
INSERT INTO T_MOT_NOIR VALUES ('UN')
INSERT INTO T_MOT_NOIR VALUES ('UNE')
INSERT INTO T_MOT_NOIR VALUES ('DES')
INSERT INTO T_MOT_NOIR VALUES ('DE')

INSERT INTO T_MOT VALUES('LA',     'BIBLE', 147, 23, 14)
INSERT INTO T_MOT VALUES('VALLÉE', 'BIBLE', 147, 23, 14)
INSERT INTO T_MOT VALUES('DE',     'BIBLE', 147, 23, 14)
INSERT INTO T_MOT VALUES('LA',     'BIBLE', 147, 23, 14)
INSERT INTO T_MOT VALUES('MORT',   'BIBLE', 147, 23, 14)

En conclusion nous pouvons dire que les triggers de la version 7 de SQL Server sont assez limités en ne permettent pas de gérer très finement les données. Ils ne fournissent pas un mécanisme pratique et simple lorsque l'on veut par exemple manipuler ligne à ligne et colonne par colonne la vailidité des données et les rectifier à la volée avant l'insertion définitive. Il semble que la version 2000 de SQL Server respecte plus la norme SQL 2 sur ce point.

Septième exemple - dans une relation d'héritage, comment insérer dans une table fille alors que l'insertion dans la table mère est un pré requis ?
Par exemple, nous avons une table des personnes, une table des clients et une table des employés. Ces tables sont construites de la sorte :

 
Sélectionnez

CREATE TABLE T_PERSONNE_PRS
(PRS_ID      INT IDENTITY NOT NULL PRIMARY KEY,
 PRS_NOM     CHAR(32) NOT NULL,
 PRS_PRENOM  VARCHAR(16))
 
Sélectionnez

CREATE TABLE T_EMPLOYE_EMP
(PRS_ID        INT NOT NULL PRIMARY KEY  REFERENCES T_PERSONNE_PRS (PRS_ID),
 EMP_MATRICULE VARCHAR(8))

On ne peut donc pas insérer directement dans T_EMPLOYE_EMP, sauf à utiliser une vue et un trigger INSTEAD OF...

Creation de la vue V_EMPLOYEE_EMP :

 
Sélectionnez

CREATE VIEW V_EMPLOYEE_EMP
AS
SELECT P.PRS_ID, P.PRS_NOM, P.PRS_PRENOM, E.EMP_MATRICULE
FROM   T_PERSONNE_PRS P
       INNER JOIN T_EMPLOYE_EMP E
             ON P.PRS_ID = E.PRS_ID

Dès lors on peut créer un trigger d'insertion dans cette vue qui va décomposer les éléments à insérer et injecter les données dans les deux tables :

 
Sélectionnez

CREATE TRIGGER TRG_INS_EMPLOYE
ON V_EMPLOYEE_EMP
INSTEAD OF INSERT
AS
BEGIN
   INSERT INTO T_PERSONNE_PRS (PRS_NOM, PRS_PRENOM)
   SELECT PRS_NOM, PRS_PRENOM
   FROM   INSERTED

   INSERT INTO T_EMPLOYE_EMP (PRS_ID, EMP_MATRICULE)
   SELECT @@IDENTITY, EMP_MATRICULE
   FROM   INSERTED
END

Utilisation :

 
Sélectionnez

INSERT INTO V_EMPLOYEE_EMP VALUES (1, 'DUPONT', 'Maurice', 'XF5090AZ')   
 
Sélectionnez

SELECT * FROM T_PERSONNE_PRS
 
Sélectionnez

PRS_ID      PRS_NOM                          PRS_PRENOM      
----------- -------------------------------- ----------------
1           DUPONT                           Maurice
 
Sélectionnez

SELECT * FROM T_EMPLOYE_EMP
 
Sélectionnez

PRS_ID      EMP_MATRICULE
----------- -------------
1           XF5090AZ

NOTA : voici le trigger de contrôle d'intégrité des bornes des arborescence exprimées sous forme intervallaire (voir l'article sur ce sujet) :

 
Sélectionnez

CREATE TRIGGER E_DEV_UNIQUE_BORNE ON T_DEVELOPPEMENT_DEV 
FOR INSERT, UPDATE, DELETE 
AS

-- vérification de l'unicité de l'ensemble des bornes (bornes gauches et bornes droite)
IF EXISTS (SELECT COUNT(*), BORNE
            FROM   (SELECT DEV_BORNE_DROITE AS BORNE
                    FROM   T_DEVELOPPEMENT_DEV
                    UNION ALL
                    SELECT DEV_BORNE_GAUCHE  AS BORNE
                    FROM   T_DEVELOPPEMENT_DEV) T
            GROUP BY BORNE
            HAVING COUNT(*) <> 1)
ROLLBACK

-- vérification de la borne maximale comme étant deux fois le nombre de lignes de la table
IF (SELECT MAX(BORNE)
    FROM   (SELECT DEV_BORNE_DROITE AS BORNE
            FROM   T_DEVELOPPEMENT_DEV
            UNION ALL
            SELECT DEV_BORNE_GAUCHE  AS BORNE
            FROM   T_DEVELOPPEMENT_DEV) T) <> (SELECT COUNT(*) * 2 
                                             FROM   T_DEVELOPPEMENT_DEV)
BEGIN
   ROLLBACK
   RAISERROR ('Une borne dépasse la valeur maximale attendue', 16, 1) 
END

-- vérification de la borne minimale comme étant égale à un
IF (SELECT MIN(BORNE)
    FROM   (SELECT DEV_BORNE_DROITE AS BORNE
            FROM   T_DEVELOPPEMENT_DEV
            UNION ALL
            SELECT DEV_BORNE_GAUCHE  AS BORNE
            FROM   T_DEVELOPPEMENT_DEV) T) <> 1
BEGIN
   ROLLBACK
   RAISERROR ('Une borne dépasse la valeur minimale attendue', 16, 1) 
END

6. Cryptage du code, liaison au schema et recompilation

ENCRYPTION indique que SQL Server crypte l'entrée de la table système contenant le texte de l'instruction (procédure, fonction, trigger ou vue). L'utilisation de cet argument permet le confidentialité du code et évite la publication de la procédure dans le cadre de la réplication.

C'est un moyen qui ne garantie pas qu'un utilisateur mal intentionné n'insère des données impropres. Mais cette technique permet de contraindre l'exécution de certains éléments aux seuls possesseurs d'un algorithme de vérification.
Pour comprendre comment mettre en oeuvre un tel mécanisme, voici un exemple complet :

 
Sélectionnez

-- une table dont on ne désire pas que n'importe qui insére dedans
CREATE TABLE T_CRYPTEE_CRP
(CRP_ID   INT NOT NULL PRIMARY KEY,
 CRP_NOM  CHAR(32) NOT NULL,
 CRP_CONTROL VARBINARY(8))
 
Sélectionnez

-- un trigger qui vérifie la concordance entre le nom et le code de controle
CREATE TRIGGER TRG_CRP_INS_UPD
ON T_CRYPTEE_CRP
WITH ENCRYPTION
FOR INSERT, UPDATE
AS
   IF NOT EXISTS(SELECT *
                 FROM INSERTED
                 WHERE CRP_CONTROL = CAST(SUBSTRING(CRP_NOM, 1, 8) AS VARBINARY(8)))
      ROLLBACK
 
Sélectionnez

-- tentative d'insertion sans connaissance de l'algoritme de controle
INSERT INTO T_CRYPTEE_CRP VALUES (1, 'Dupont', CAST('        ' AS VARBINARY(8)))
 
Sélectionnez

SELECT * FROM T_CRYPTEE_CRP
 
Sélectionnez

CRP_ID      CRP_NOM                          CRP_CONTROL        
----------- -------------------------------- ------------------
 
-- aucun résultat l'insertion a été roolbacké par le trigger !
 
Sélectionnez

-- tentative d'insertion avec le code de controle
INSERT INTO T_CRYPTEE_CRP VALUES (1, 'Dupont', CAST('Dupont  ' AS VARBINARY(8)))
 
Sélectionnez

SELECT * FROM T_CRYPTEE_CRP
 
Sélectionnez

CRP_ID      CRP_NOM                          CRP_CONTROL       
----------- -------------------------------- ------------------
1           Dupont                           0x4475706F6E742020
-- l'insertion a bien eût lieu !

Voila comment certains éditeurs de progiciel se protègent des petits malins qui tente de "pourrir" leur base en y insérant des données sans passer par l'application !

RECOMPILE indique que SQL Server n'utilise pas le cache pour le plan de la procédure (ou de la vue). Elle sera donc recompilée à chaque l'exécution. Cela est conseillé lorsque vous utilisez des valeurs temporaires ou atypiques (aléatoires par exemple).

SCHEMABINDING Indique qu'une fonction (vue ou index) est liée aux objets base de données auxquels elle fait référence. La fonction ainsi créée ne pourra être supprimée que si tous les objets base de données auxquels la fonction fait référence sont supprimés préalablement.

7. ANNEXE BIBLIOGRAPHIQUE

Livres :

Transact SQL Programming - Kelvin Kline, Lee Gould & Andrew Zanevsky - O'Reilly
Professionnal SQL Server 7 Programming - Robert Vieira - Wrox
Inside Microsoft SQL Server 7.0 - Ron Soukup, Kalen Delaney, Microsoft Press
SQL Server 7 - Marc Israel - Eyrolles
SQL Server 7.0 - Stephen Wynkoop - Campus Press
SQL Server DBA - Mark Spenik, Orryn Sledge - Campus Press
SQL Server 2000 - Marc Israel - Eyrolles
SQL Server au quotidien Expert - M. F. Garcia, J Reding, E. Whalen, A. Deluca - Microsoft Press

Sites web :

http://www.microsoft.com
http://www.developpez.com/
http://www.multimania.com/lewisdj/sql.htm
http://www.sqlservercentral.com/
http://www.sqlteam.com/

Vous avez aimé ce tutoriel ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons suivants : Viadeo Twitter Facebook Share on Google+   

Livres
SQL - développement
SQL - le cours de référence sur le langage SQL
Avant d'aborder le SQL
Définitions
SGBDR fichier ou client/serveur ?
La base de données exemple (gestion d'un hôtel)
Modélisation MERISE
Mots réservés du SQL
Le SQL de A à Z
Les fondements
Le simple (?) SELECT
Les jointures, ou comment interroger plusieurs tables
Groupages, ensembles et sous-ensembles
Les sous-requêtes
Insérer, modifier, supprimer
Création des bases
Gérer les privilèges ("droits")
Toutes les fonctions de SQL
Les techniques des SGBDR
Les erreur les plus fréquentes en SQL
Les petits papiers de SQLPro
Conférence Borland 2003
L'héritage des données
Données et normes
Modélisation par méta données
Optimisez votre SGBDR et vos requêtes SQL
Le temps, sa mesure, ses calculs
QBE, le langage de ZLOOF
Des images dans ma base
La jointure manquante
Clefs auto incrémentées
L'indexation textuelle
L'art des "Soundex"
Une seule colonne, plusieurs données
La division relationnelle, mythe ou réalité ?
Gestion d'arborescence en SQL
L'avenir de SQL
Méthodes et standards
Les doublons
SQL Server
Eviter les curseurs
Un aperçu de TRANSACT SQL V 2000
SQL Server 2000 et les collations
Sécurisation des accès aux bases de données SQL Server
Des UDF pour SQL Server
SQL Server et le fichier de log...
Paradox
De vieux articles publiés entre 1995 et 1999 dans la défunte revue Point DBF

  

Copyright © 2004 Frédéric Brouard. Aucune reproduction, même partielle, ne peut être faite de ce site et de l'ensemble de son contenu : textes, documents, images, etc. sans l'autorisation expresse de l'auteur. Sinon vous encourez selon la loi jusqu'à trois ans de prison et jusqu'à 300 000 € de dommages et intérêts.