LE SQL de A à Z : 7e partie - Création et manipulation des schémas : CREATE, ALTER, DROP


précédentsommairesuivant

Préambule

NOTA : La structure de la base de données exemple, ainsi qu'une version des principales bases utilisées sont disponibles dans la page "La base de données exemple"

Sans doute allez-vous immédiatement vous intéresser à la syntace du CREATE TABLE. C'est pour cela, sans doute, que vous êtes tombé sur cette page... Je vous plains car vous allez tout droit créer des bases de données boiteuses et rapidement impossible à maintenir. Si j'avais un conseil à vous donner ce serait le suivant : lisez les paragraphes 2 à 4 avant même de vous plonger, tête baissée dans la création des tables. Il y a tant de choses qui vous faciliteront la vie que je gage que vous m'en serez éternellement reconnaissant...

1. Règles de nommage

Image non disponible

La norme SQL 2 impose un certain nombre de règles concernant les noms des objets d'une base de données.

Un nom d'objet (table, colonne, contrainte, vue...) doit avoir les caractéristiques suivantes :

  • ne pas dépasser 128 caractères
  • commencer par une lettre
  • comprendre uniquement les caractères suivants [ 'A' .. 'Z'] U ['a' .. 'z'] U [ '0' .. '1'] U [ '_' ]
  • un nom d'objet ne peut pas être un mot réservé de SQL sauf à être utilisé avec des guillemets
  • être insensible à la casse

Voici quelques identifiants normatifs et non...

Exemple 1

VALABLE INTERDIT
 
Sélectionnez

T_CLIENT
xyz
SELECTION
"SELECT"
CLI_NUM
NUM_CLI
 
Sélectionnez

01_INFORMATIQUE
_XyZ_
SELECT
MOTDEPLUSDE128CARACTERES...
CLI#
#CLI

ATTENTION : un nom d'objet doit être unique au sein de l'objet qui le contient. Par exemple un nom de table ou de vue doit être unique au sein de la base, un nom de colonne doit être unique au sein de la table ou la vue, etc...

2. Au début était le néant...

C'est toujours la même histoire... Comment créer une base de données ? En se connectant au serveur de bases de données ! Mais comment se connecter au serveur de base de données ? En créant une base de données dotée au moins d'une connexion et d'un utilisateur avec les privilèges adéquats... Bref, nous entrons de plein front dans le célèbre problème de l'oeuf et de la poule...

Heureusement la plupart du temps, les fournisseurs de SGBDR pourvoient leur engin avec un utilisateur, son mot de passe et un certain nombre de bases de données précréés afin de nous faciliter la vie.
Par exemple sur InterBase le nom d'utilisateur et son mot de passe sont "SYSDBA/masterkey". Sur MS SQL Server, le nom d'utilisateur est "sa" sans mot de passe (et je vous conseille vivement d'en mettre un immédiatement). Sur Oracle, c'est "System/manager" ou bien "Sys/change_on_install". Sur DB2 c'est "db2admin". Sur Informix un compte "informix" est créé dans le goupe "informix-admin". Sous mySQL c'est "mysqladm" qu'il faut utiliser... Ingres est plus restrictif puisqu'il impose à l'utilisateur de donner expressément un nom lors de l'installation. Pour Sybase et ses deux bases, des différences : ASE veut "sa" sans mot de passe, tandis que ASA impose "DBA/SQL" !

En fait tout ces "comptes" sont des connexions au serveur et la plupart du temps correspondent à la fois à la notion de connexion et d'utilisateur. Mais la norme SQL fait une différence entre le concept de connexion et celui d'utilisateur.

2.1. La connexion

Image non disponible

Pour SQL 2, la connexion à un SGBDR prend la syntaxe suivante :

 
Sélectionnez

CONNECT TO {DEFAULT | nom_serveur [AS surnom_serveur ]
[USER nom_utilisateur] }

Par exemple l'ordre :

Exemple 2

 
Sélectionnez

CONNECT TO DEFAULT

Se connecte au serveur de base de données défini par défaut. La plupart du temps un serveur de bases de données est installé sur une machine dédiée, ce qui fait qu'il n'y a pas d'ambiguïté. En revanche, si plusieurs serveurs sont installés sur la même machine, il faut nommer le serveur.

Exemple 3

 
Sélectionnez

CONNECT TO MON_SERVEUR

Se connecte au serveur identifié "MON_SERVEUR".

Il est même possible de renommer ce serveur :

Exemple 4

 
Sélectionnez

CONNECT TO MON_SERVEUR AS SRV1

Qui se connecte à "MON_SERVEUR", mais le surnomme SRV1. Dès lors ce nouveau nom pourra être utilisé dans divers ordres SQL en lieu et place du nom authentique du serveur.

Enfin, il est possible de préciser le nom de l'utilisateur (qui doit exister dans le SGBDR) qui sera associé à la connexion. Sans cette précision, le SGBDR emprunte le nom par défaut implanté par le constructeur.

Exemple 5

 
Sélectionnez

CONNECT TO MON_SERVEUR USER FRED_BROUARD

Se connecte au serveur "MON_SERVEUR" en empruntant l'identité FRED_BROUARD comme utilisateur.

Vous l'aurez compris, à une connexion est toujours associée un nom d'utilisateur. Petite précision, un utilisateur SQL est un objet du serveur (ou de la base de données dans certains cas) et se définit aussi par un ordre SQL...

NOTA : la plupart du temps, ce mécanisme est masqué par une interface graphique, oue encore par l'imbrication du serveur de bases de données et de son OS. Par exemple pour SQL Server de Microsoft, cet ordre de connexion s'effectue derrière la boîte de dialogue suivante :

Image non disponible

Pour InterBase, c'est la boîte de dialogue suivante qui fait office :

Image non disponible

Mais si vous désirez passer des ordre SQL InterBase en vous connectant à une base spécifique et ceci depuis une commande du shell, vous pouvez lancer l'ordre suivant :

Exemple 6 (Interbase)

 
Sélectionnez

CONNECT "chemin_vers_fichier_base"
USER "nom_utilisateur" PASSWORD "mot_de_passe"

La norme SQL propose en outre la possibilité de basculer d'une connexion à l'autre (à condition que l'autre existe et soit dormante à l'aide de l'ordre :

 
Sélectionnez

SET CONNECTION { DEFAULT | nom_session }

Où nom_session représente une connexion déjà établie et dormante (c'est à dire une connexion ouverte mais qui n'est pas activée par le passage d'ordre SQL...).

Bien entendu il est possible de fermer une connexion en utilisant l'ordre SQL DISCONNECT :

 
Sélectionnez

DISCONNECT { DEFAULT | CURRENT | ALL | nom_session}

La lecture de cette syntaxe laisse bien peu d'interprétation et je laisse donc à votre sagacité le soin de comprendre à quoi peuvent bien faire penser de tels mots clefs !

2.2. La session

Image non disponible

Là nous entrons déjà dans une notion plus complète et donc, forcément plus complexe...

Une session au sens de la norme SQL est une connexion activé et possède certains attributs particuliers. Les attributs d'une session sont :

  • un identifiant d'autorisation (AUTHORIZATION)
  • un nom de catalogue (CATALOG)
  • un nom de schéma (SCHEMA)
  • un fuseau horaire (TIME ZONE)
  • un jeu de caractères (CHARACTER SET)

L'identifiant d'autorisation doit impérativement être choisit parmi les mots clefs suivants USER, CURRENT_USER, SESSION_USER et SYSTEM_USER ou bien en donnant un nom d'utilisateur spécifique.
Un catalogue (CATALOG est le mot clef SQL) est une collection de bases de données et peut soit prendre la forme d'un serveur, d'un groupe de serveurs ou bien de "répertoires" de bases de données.
Un schéma n'est autre qu'une base de données, c'est à dire son nom. La norme SQL les apellent SCHEMA parce qu'une base de données doit être décrite pour être utilisée, et son architecture (tables, colonnes, vues...) correspond à un modèle de données physique.
Un fuseau horaire (TIME ZONE) n'est autre que l'indication du décalage de l'heure locale par rapport au temps universel (ou UTC Unified Time Coordination). C'est ainsi qu'il permet de gérer les décalages horaires de toutes les zones locales de la planète ce qui est bien pratique lorsque l'on veut développer une application internationale, notamment pour les sites web !
Enfin, le jeu de caractère (CHARACTER SET) permet de définir quel sous ensemble de symboles est utilisé pour les 256 combinaisons de deux octets qui correspondent à la frappe des caractères. N'oublions pas que même en europe les jeux de caractères ne sont pas les mêmes d'une nation à l'autre. Par exemple l'alphabet finois ou le tchèque sont dotés de curieux petits accents en forme de cercle ou de croissant, tandis que dans le cyrillique c'est la forme même des lettres qui change... et tout de même, ces gens là doivent pouvoir s'exprimer ! (notons que le français possède un certains nombre de caractères particulier comme le "c" avec ça cédille ou l'"e" dans l'"o", présent par exemple dans le mot coeur).

2.3. Catalogues et shémas

Image non disponible

Comme nous venons de le définir, le terme CATALOG permet de définir une collection de bases de données. Il est très différemment implémenté dans les divers SGBDR que proposent les éditeurs. Pour SQL Server la notion de CATALOG se confond avec celle de base de données, tandis que la notion de schéma se confond avec celle de propriétaire. Par exemple en demandant à la machine de nous fournir la liste des bases de données avec la requête suivante, voici ce que le serveur nous propose :

Exemple 7 (SQL Server)

 
Sélectionnez

SELECT *
FROM 
INFORMATION_SCHEMA.SCHEMATA
 
Sélectionnez

CATALOG   SCHEMA SCHEMA DEFAULT_CHARAC  DEFAULT_CHARAC DEFAULT_CHARA
_NAME     _NAME  _OWNER TER_SET_CATALOG TER_SET_SCHEMA CTER_SET_NAME 
--------- ------ ------ --------------- -------------- -------------
master    dbo    dbo    master          dbo            iso_1
tempdb    dbo    dbo    master          dbo            iso_1
model     dbo    dbo    master          dbo            iso_1
msdb      dbo    dbo    master          dbo            iso_1
pubs      dbo    dbo    master          dbo            iso_1
Northwind dbo    dbo    master          dbo            iso_1

3. Créer une nouvelle base de données

Image non disponible

Vous trouverez des compléments d'information sur le sujet aux pages 190 à 192 de l'ouvrage "SQL", collection "La Référence", Campus Press éditeur.

Évidemment ce qui vous intéresse le plus c'est d'abord de créer une base de données. C'est à dire un SCHEMA !

La norme SQL propose l'ordre de création d'une base de données (pardon, d'un schéma) suivant :

 
Sélectionnez

CREATE SCHEMA [ nom_schema ] 
[ AUTHORIZATION utilisateur ]
[ DEFAULT CHARACTER SET jeu_de_caractères ]
[ liste_des_objets_du_schéma ]

La liste des objets du schéma n'étant autre que la création des éléments de la base.

Je ne m'étendrais pas sur cette syntaxe ni sur l'ordre SQL 2 de suppression des schémas :

 
Sélectionnez

DROP SCHEMA [ nom_schema ] { RESTRICT | CASCADE }

car ces ordres sont très rarement implémentés tels quels dans les SGBDR. En revanche on trouve la plupart du temps un pseudo ordre SQL "CREATE DATABASE" fort pratique, mais qui n'existe nulle part dans la norme !

Mais si j'ai tenu à vous montrer ceci, c'est que, par défaut, une connexion ou un serveur possède des attributs. Les méconnaitre et notamment en méconnaitre le paramétrage peut vous causer les pires ennuis. C'est pourquoi je vous propose de réfléchir sur trois questions fondamentales :

  • Quel est l'ordre de tri de mes données littérales ?
  • Comment s'effectue la comparaison entre colonnes contenant des chaînes de caractères notamment si ces dernières sont de type différent (VARCHAR et CHAR en particulier) ?
  • Quelle est à tout moment l'heure et la date procurée par le SGBDR et cette heure est-elle modifiée en fonction des saisons ???

Si vous n'avez pas réfléchis à ces problèmes fondamentaux, vous risquez quelques problèmes difficilement surmontables...
Par exemple :

  • Comment faire correspondre l'ordre de mes données entre un tableau trié par une routine en C++, Java ou Delphi et le serveur de base de données ?
  • Comment faire en sorte de distinguer les deux références suivantes "GFY-12-aj" et "gfy-12-AJ" dans un SELECT si le serveur a été paramétré pour être rendu insensible à la casse ??
  • Comment compter exactement la durée d'une intervention technique en heure si entre la déclaration de la panne et la résolution du problème est intervenu un changement d'horaire du fait de l'heure d'éte ???

Je ne m'étendrais donc pas plus sur le sujet car il est assez spécifique aux différents SGBDR de chaque éditeur. Pensez simplement que l'installation par défaut du serveur prôné avec un gadget qui le rend insensible à la casse est une aberration. En effet, autant il est facile de formater des données pour que la comparaison et même la saisie se fasse au bon format, autant lorsque cette insensibilité est activée, le coût de retour en arrière est exorbitant !

Faîtes donc le test suivant. Créez dans votre base de données la table et les données suivantes :

Exemple 8

 
Sélectionnez

CREATE TABLE TEST
(MOT VARCHAR(16))

INSERT INTO TEST VALUES ('Électricité')
INSERT INTO TEST VALUES ('électricité')
INSERT INTO TEST VALUES ('ELECTRICITE')
INSERT INTO TEST VALUES ('electricite')
INSERT INTO TEST VALUES ('electron')
INSERT INTO TEST VALUES ('electeur')
INSERT INTO TEST VALUES ('électeur')

Executez donc les requêtes de test suivantes :

Exemple 9

 
Sélectionnez

SELECT MOT
FROM   TEST
WHERE  MOT = 'electricite'

En principe vous devriez n'avoir qu'une seule occurence...

Exemple 10

 
Sélectionnez

SELECT MOT
FROM   TEST
ORDER  BY MOT

Là, le folklore est en place !

Puis créez dans votre langage favori un tableau de chaîne de caractères et avec une routine de tri de votre cru, triez le et comparez les résultats...

Vous êtes horrifié ? Bien fait !... Vous auriez dû me lire avant de vous lançer dans la conception des bases de données relationnelles !!!

Voici ce test effectué sous différentes bases de données :

 
 
Sélectionnez

SELECT MOT
FROM   TEST
WHERE  MOT 
= 'electricite'
 
Sélectionnez

SELECT MOT
FROM   TEST
ORDER  BY MOT
Sous MS SQL Server 7, paramétrage par défaut
 
Sélectionnez

MOT 
-----------
ELECTRICITE
electricite
 
Sélectionnez

MOT 
-----------
electeur
électeur
ELECTRICITE
Électricité
électricité
electricite
electron
Sous PostGreSQL 7.1.2, paramétrage par défaut
 
Sélectionnez

    mot
-----------
electricite
 
Sélectionnez

      mot
-------------
  electeur
  électeur
  electricite
  ELECTRICITE
  électricité
  Électricité
  electron
Sous InterBase 5.5, paramétrage par défaut
 
Sélectionnez

MOT 
===========
electricite 
 
Sélectionnez

MOT 
===========
electricite 
Sous paradox 9, paramétrage par défaut
 
Sélectionnez

MOT
***********
electricite
 
Sélectionnez

MOT
***********
electricite
MySQL 3.23.37, paramétrage par défaut
 
Sélectionnez

+-------------+
| MOT         |
+-------------+
| Électricité |
| électricité |
| ELECTRICITE |
| electricite |
+-------------+
 
Sélectionnez

+-------------+
| MOT         |
+-------------+
| electeur    |
| électeur    |
| Électricité |
| électricité |
| ELECTRICITE |
| electricite |
| electron    |
+-------------+

4. Une question de caractères...

Image non disponible

4.1. Jeu de caractères

Image non disponible

Je vais encore vous embêter avec un concept qui, la plupart du temps est ignoré ou passé sous silence, mais qui permet de se sauver de situation inextricables portant sur la comparaison des littéraux. La norme SQL a prévu, outre le jeu de caractère, l'utilisation de séquences de collation. Même si elle ne sont pas encore parfaitement implantées telle que la norme SQL 2 l'a prévue, il est rare qu'un mécanisme similaire ne soit pas fournit dans votre SGBDR.

Le jeu de caractères consiste en une correspondance des 256 ou 65536 caractères par rapport aux symboles graphiques représentés.
256 correspond au type CHAR et VARCHAR et 65536 aux types NATIONAL CHAR ou NATIONAL VARCHAR. La plupart du temps nous utilisons sans le savoir un jeu de caractères basique établis par défaut dans la version locale de l'OS.

Voici par exemple les jeux de caractères disponible dans les créations de tables de Paradox :

Exemple 11

ANSI 1250 chèque, hongrois polonais, slovène
ANSI 1251 cyrillique et bulgare
ANSI 1252 nordique, espagnol, suédois, finlandais
ANSI 1253 greque
ANSI 1254 turque
ANSI 1255 binaire
DOS 437 europe de l'ouest, suèdois, finlandais, espagnol
DOS 737 greque
DOS 850 brésilien, portugais, canadien, français
DOS 852 chèque, hongrois polonais, slovène
DOS 857 turque
DOS 861 islandais
DOS 862 binaire
DOS 865 norvégien, danois
DOS 866 cyrillique
DOS 867 tchèque
DOS 868 bulgare
DOS 874 thaïlandais
DOS 932 japonais
DOS 936 chinois
DOS 949 coréen
DOS 950 tawainais

Notez qu'ils sont décomposés en deux familles, celle du DOS (la table des caractères de base n'étant pas normalisé mais propre à l'inventeur du système d'exploitation DOS...) et celle de l'ANSI (relatif à Windows qui se base sur la norme ANSI - American National Standard Institute).

On parle souvent de table ASCII. L'ASCII a été créé par BEMMER en 1965 , produit par le groupe de travail X3.4 de l'ANSI, certifié en 1977 et adopté par l'ISO en 1968 sous le n° 646 [f2s]. Ce ne sont en fait que les 128 premiers caractères du fait du codage à l'origine sur 7 bits. Lorsque le codage des caractères à été étendu par nécessité à 8 bits, des déclinaisons de cette table ont été possible pour régler le problème des caractères diacritiques (accents, cédilles, caractères spéciaux tel que le double ss allemand).

Rassurez vous l'ISO (International Standard Organisation) s'en est mêlé et propose des jeux de caractères plus cohérent. Voici par exemple la table iso8859-1, actuellement la plus répandue et la plus utilisée notamment sur le net :

Exemple 12

 
Sélectionnez

iso8859-1 character table and corresponding HTML code

Description                               Code            Charactèr name
===================================       ============    ==============
guillemet                                 "  --> "    "   --> "
et commercial                             &  --> &    &    --> &
signe plus petit que                      &#60;  --> <    &lt;     --> <
greater-than sign                         &#62;  --> >    &gt;     --> >

Description                          Char Code            Entity name
===================================  ==== ============    ==============
espace non sécable                        &#160; -->      &nbsp;   --> 
exclamation inverse                  ¡    &#161; --> ¡    &iexcl;  --> ¡
centimes                             ¢    &#162; --> ¢    &cent;   --> ¢
livre sterling                       £    &#163; --> £    &pound;  --> £
symbole monétère général             ¤    &#164; --> ¤    &curren; --> ¤
symbole du yen                       ¥    &#165; --> ¥    &yen;    --> ¥
barre verticale brisée               ¦    &#166; --> ¦    &brvbar; --> ¦
                                                          &brkbar; --> &brkbar;
paragraphe                           §    &#167; --> §    &sect;   --> §
umlaut (dieresis)                    ¨    &#168; --> ¨    &uml;    --> ¨
                                                          &die;    --> &die;
copyright                            ©    &#169; --> ©    &copy;   --> ©
feminine ordinal                     ª    &#170; --> ª    &ordf;   --> ª
guillement gauche                    «    &#171; --> «    &laquo;  --> «
not sign                             ¬    &#172; --> ¬    &not;    --> ¬
soft hyphen                          ­    &#173; --> ­    &shy;    --> ­
registered trademark                 ®    &#174; --> ®    &reg;    --> ®
macron accent                        ¯    &#175; --> ¯    &macr;   --> ¯
                                                          &hibar;  --> &hibar;
signe des degrés                     °    &#176; --> °    &deg;    --> °
plus ou moins                        ±    &#177; --> ±    &plusmn; --> ±
puissance carrée                     ²    &#178; --> ²    &sup2;   --> ²
puissance cubique                    ³    &#179; --> ³    &sup3;   --> ³
accent aigu                          ´    &#180; --> ´    &acute;  --> ´
symbole micro                        µ    &#181; --> µ    &micro;  --> µ
symbole de paragraphe                ¶    &#182; --> ¶    &para;   --> ¶
point central                        ·    &#183; --> ·    &middot; --> ·
cédille                              ¸    &#184; --> ¸    &cedil;  --> ¸
exposant un                          ¹    &#185; --> ¹    &sup1;   --> ¹
masculine ordinal                    º    &#186; --> º    &ordm;   --> º
guillement droit                     »    &#187; --> »    &raquo;  --> »
un quart (fraction)                  ¼    &#188; --> ¼    &frac14; --> ¼
un demi (fraction)                   ½    &#189; --> ½    &frac12; --> ½
trois quart (fraction)               ¾    &#190; --> ¾    &frac34; --> ¾
point d'interrogation inversé        ¿    &#191; --> ¿    &iquest; --> ¿
A accent grave (majuscule)           À    &#192; --> À    &Agrave; --> À
A accent aigu (majuscule)            Á    &#193; --> Á    &Aacute; --> Á
A accent circonflexe (majuscule)     Â    &#194; --> Â    &Acirc;  --> Â
A tilde (majuscule)                  Ã    &#195; --> Ã    &Atilde; --> Ã
capital A, dieresis or umlaut mark   Ä    &#196; --> Ä    &Auml;   --> Ä
capital A, ring                      Å    &#197; --> Å    &Aring;  --> Å
capital AE diphthong (ligature)      Æ    &#198; --> Æ    &AElig;  --> Æ
capital C, cedilla                   Ç    &#199; --> Ç    &Ccedil; --> Ç
capital E, grave accent              È    &#200; --> È    &Egrave; --> È
capital E, acute accent              É    &#201; --> É    &Eacute; --> É
capital E, circumflex accent         Ê    &#202; --> Ê    &Ecirc;  --> Ê
capital E, dieresis or umlaut mark   Ë    &#203; --> Ë    &Euml;   --> Ë
capital I, grave accent              Ì    &#204; --> Ì    &Igrave; --> Ì
capital I, acute accent              Í    &#205; --> Í    &Iacute; --> Í
capital I, circumflex accent         Î    &#206; --> Î    &Icirc;  --> Î
capital I, dieresis or umlaut mark   Ï    &#207; --> Ï    &Iuml;   --> Ï
capital Eth, Icelandic               Ð    &#208; --> Ð    &ETH;    --> Ð
                                                          &Dstrok; --> &Dstrok;
capital N, tilde                     Ñ    &#209; --> Ñ    &Ntilde; --> Ñ
capital O, grave accent              Ò    &#210; --> Ò    &Ograve; --> Ò
capital O, acute accent              Ó    &#211; --> Ó    &Oacute; --> Ó
capital O, circumflex accent         Ô    &#212; --> Ô    &Ocirc;  --> Ô
capital O, tilde                     Õ    &#213; --> Õ    &Otilde; --> Õ
capital O, dieresis or umlaut mark   Ö    &#214; --> Ö    &Ouml;   --> Ö
multiply sign                        ×    &#215; --> ×    &times;  --> ×
capital O, slash                     Ø    &#216; --> Ø    &Oslash; --> Ø
capital U, grave accent              Ù    &#217; --> Ù    &Ugrave; --> Ù
capital U, acute accent              Ú    &#218; --> Ú    &Uacute; --> Ú
capital U, circumflex accent         Û    &#219; --> Û    &Ucirc;  --> Û
capital U, dieresis or umlaut mark   Ü    &#220; --> Ü    &Uuml;   --> Ü
capital Y, acute accent              Ý    &#221; --> Ý    &Yacute; --> Ý
capital THORN, Icelandic             Þ    &#222; --> Þ    &THORN;  --> Þ
small sharp s, German (sz ligature)  ß    &#223; --> ß    &szlig;  --> ß
small a, grave accent                à    &#224; --> à    &agrave; --> à
small a, acute accent                á    &#225; --> á    &aacute; --> á
small a, circumflex accent           â    &#226; --> â    &acirc;  --> â
small a, tilde                       ã    &#227; --> ã    &atilde; --> ã
small a, dieresis or umlaut mark     ä    &#228; --> ä    &auml;   --> ä
small a, ring                        å    &#229; --> å    &aring;  --> å
small ae diphthong (ligature)        æ    &#230; --> æ    &aelig;  --> æ
small c, cedilla                     ç    &#231; --> ç    &ccedil; --> ç
small e, grave accent                è    &#232; --> è    &egrave; --> è
small e, acute accent                é    &#233; --> é    &eacute; --> é
small e, circumflex accent           ê    &#234; --> ê    &ecirc;  --> ê
small e, dieresis or umlaut mark     ë    &#235; --> ë    &euml;   --> ë
small i, grave accent                ì    &#236; --> ì    &igrave; --> ì
small i, acute accent                í    &#237; --> í    &iacute; --> í
small i, circumflex accent           î    &#238; --> î    &icirc;  --> î
small i, dieresis or umlaut mark     ï    &#239; --> ï    &iuml;   --> ï
small eth, Icelandic                 ð    &#240; --> ð    &eth;    --> ð
small n, tilde                       ñ    &#241; --> ñ    &ntilde; --> ñ
small o, grave accent                ò    &#242; --> ò    &ograve; --> ò
small o, acute accent                ó    &#243; --> ó    &oacute; --> ó
small o, circumflex accent           ô    &#244; --> ô    &ocirc;  --> ô
small o, tilde                       õ    &#245; --> õ    &otilde; --> õ
small o, dieresis or umlaut mark     ö    &#246; --> ö    &ouml;   --> ö
division sign                        ÷    &#247; --> ÷    &divide; --> ÷
small o, slash                       ø    &#248; --> ø    &oslash; --> ø
small u, grave accent                ù    &#249; --> ù    &ugrave; --> ù
small u, acute accent                ú    &#250; --> ú    &uacute; --> ú
small u, circumflex accent           û    &#251; --> û    &ucirc;  --> û
small u, dieresis or umlaut mark     ü    &#252; --> ü    &uuml;   --> ü
small y, acute accent                ý    &#253; --> ý    &yacute; --> ý
small thorn, Icelandic               þ    &#254; --> þ    &thorn;  --> þ
small y, dieresis or umlaut mark     ÿ    &#255; --> ÿ    &yuml;   --> ÿ

On trouvera diverses information sur le sujet dans les pages web suivantes :
http://alis.isoc.org/codage/iso8859/jeuxiso.htm
http://www.ping.be/~ping9985/html/iso8859-.htm
http://www.w3.org/MarkUp/html-spec/html-spec_9.html#SEC9.7.2

Autrement dit, le jeux de caractères restreint à 256 symboles ASCII les possibilités de combiner les lettres, signes de ponctuation et autres caractères particulier imprimables.

4.2. Collation et "translation"

Image non disponible

La séquence de collation est un complément indispensable du jeu de caractères et permet de définir non seulement la position ordinale de chaque caractère mais leur éventuelle "confusion" ! Hé oui, comment pensez vous que la machine puisse devenir insensible à la casse et aux accents sans un tel mécanisme ?
C'est ainsi que différentes séquence de collation sont possible sur un même jeu de caractères.

Voici par exemple les séquences de collation des différents jeux de caractères de Paradox :

Exemple 12

Jeu de caractère Classement des caractères
1250 (ANSI) Compatible avec Paradox "czech" (niveau 2)
Compatible avec Paradox "hung" (niveau 2)
Paradox Czech (niveau 2)
Compatible avec Paradox "polish" (niveau 2)
Compatible avec Paradox "slovene" (niveau 2)
1251 (ANSI) Compatible avec Paradox "cyrr" (2-level)
Bulgarian (2-level)
1252 (ANSI) Compatible avec Paradox "intl" (niveau 3)
Compatible avec Paradox "nordan40" (niveau 2)
Compatible avec Paradox "SPANISH" (niveau 3)
Compatible avec Paradox "swedfin" (niveau 3)
1253 (ANSI) Compatible avec Paradox "greek" (niveau 2)
1254 (ANSI) Compatible avec Paradox "turk" (niveau 2)
1255 (ANSI) Binaire
DOS CODE PAGE 437 Binaire
Multilingual Western Europe
Swedish/Finnish
Spanish (niveau 3)
DOS CODE PAGE 737 Greek (niveau 2)
DOS CODE PAGE 850 Brazilian Portuguese, French Canadian
Compatible avec Paradox "intl850" (niveau 3)
DOS CODE PAGE 852 Czech852 (niveau 2)
Hungarian (niveau 2)
Polish (niveau 2)
Slovene (niveau 2)
DOS CODE PAGE 857 Turkish (niveau 2)
DOS CODE PAGE 861 Icelandic (niveau 2)
DOS CODE PAGE 862 Binaire
DOS CODE PAGE 865 Norwegian/Danish (Paradox 3.5)
Norwegian/Danish (Paradox 4.0, 5.0, 5.5, 7.0)
DOS CODE PAGE 866 Cyrillic
DOS CODE PAGE 867 Czech867 (niveau 2)
DOS CODE PAGE 868 Bulgaria (niveau 2)
DOS CODE PAGE 874 Thai (niveau 3)
DOS CODE PAGE 932 Japanese
DOS CODE PAGE 936 China (niveau 1)
DOS CODE PAGE 949 Korea (niveau 1)
DOS CODE PAGE 950 Taiwan (niveau 1)

Par exemple dans la séquence de collation ISO 1252 spanish, le "ñ" ("n" avec tilde) sera confondu avec le caractère "n" lors des comparaisons partielles...

Pour InterBase par exemple, les jeux de caractères disponibles sont les suivants :

Exemple 14

 
Sélectionnez

SELECT 	RDB$CHARACTER_SET_NAME,
	RDB$CHARACTER_SET_ID,
	RDB$DEFAULT_COLLATE_NAME 
FROM   	RDB$CHARACTER_SETS
 
Sélectionnez

RDB$CHARACTER_SET_NAME RDB$CHARACTER_SET_ID RDB$DEFAULT_COLLATE_NAME 
====================== ==================== ======================== 

NONE                                      0 NONE 
OCTETS                                    1 OCTETS 
ASCII                                     2 ASCII 
UNICODE_FSS                               3 UNICODE_FSS 
SJIS_0208                                 5 SJIS_0208 
EUCJ_0208                                 6 EUCJ_0208 
DOS437                                   10 DOS437 
DOS850                                   11 DOS850 
DOS865                                   12 DOS865 
ISO8859_1                                21 ISO8859_1 
DOS852                                   45 DOS852 
DOS857                                   46 DOS857 
DOS860                                   13 DOS860 
DOS861                                   47 DOS861 
DOS863                                   14 DOS863 
CYRL                                     50 CYRL 
WIN1250                                  51 WIN1250 
WIN1251                                  52 WIN1251 
WIN1252                                  53 WIN1252 
WIN1253                                  54 WIN1253 
WIN1254                                  55 WIN1254 
NEXT                                     19 NEXT 
KSC_5601                                 44 KSC_5601 
BIG_5                                    56 BIG_5 
GB_2312                                  57 GB_2312

Auxquels sont associés les séquences de collations suivantes :

Exemple 15

 
Sélectionnez

SELECT 	RDB$COLLATION_NAME,
		RDB$COLLATION_ID, 
		RDB$CHARACTER_SET_ID
FROM   	RDB$COLLATIONS C
       	JOIN RDB$CHARACTER_SETS S
             ON C.RDB$CHARACTER_SET_ID = 
             	S.RDB$CHARACTER_SET_ID
 
Sélectionnez

RDB$COLLATION_NAME    RDB$COLLATION_ID  RDB$CHARACTER_SET_ID 
==================== ================ ==================== 

NONE                                0                    0 
OCTETS                              0                    1 
ASCII                               0                    2 
UNICODE_FSS                         0                    3 
SJIS_0208                           0                    5 
EUCJ_0208                           0                    6 
DOS437                              0                   10 
PDOX_ASCII                          1                   10 
PDOX_INTL                           2                   10 
PDOX_SWEDFIN                        3                   10 
DB_DEU437                           4                   10 
DB_ESP437                           5                   10 
DB_FIN437                           6                   10 
DB_FRA437                           7                   10 
DB_ITA437                           8                   10 
DB_NLD437                           9                   10 
DB_SVE437                          10                   10 
DB_UK437                           11                   10 
DB_US437                           12                   10 
DOS850                              0                   11 
DB_FRC850                           1                   11 
DB_DEU850                           2                   11 
DB_ESP850                           3                   11 
DB_FRA850                           4                   11 
DB_ITA850                           5                   11 
DB_NLD850                           6                   11 
DB_PTB850                           7                   11 
DB_SVE850                           8                   11 
DB_UK850                            9                   11 
DB_US850                           10                   11 
DOS865                              0                   12 
PDOX_NORDAN4                        1                   12 
DB_DAN865                           2                   12 
DB_NOR865                           3                   12 
ISO8859_1                           0                   21 
DA_DA                               1                   21 
DU_NL                               2                   21 
FI_FI                               3                   21 
FR_FR                               4                   21 
FR_CA                               5                   21 
DE_DE                               6                   21 
IS_IS                               7                   21 
IT_IT                               8                   21 
NO_NO                               9                   21 
ES_ES                              10                   21 
SV_SV                              11                   21 
EN_UK                              12                   21 
EN_US                              14                   21 
PT_PT                              15                   21 
DOS852                              0                   45 
DB_CSY                              1                   45
DB_PLK                              2                   45 
DB_SLO                              4                   45 
PDOX_CSY                            5                   45 
PDOX_PLK                            6                   45 
PDOX_HUN                            7                   45 
PDOX_SLO                            8                   45 
DOS857                              0                   46 
DB_TRK                              1                   46 
DOS860                              0                   13 
DB_PTG860                           1                   13 
DOS861                              0                   47 
PDOX_ISL                            1                   47 
DOS863                              0                   14 
DB_FRC863                           1                   14 
CYRL                                0                   50 
DB_RUS                              1                   50 
PDOX_CYRL                           2                   50 
WIN1250                             0                   51 
PXW_CSY                             1                   51 
PXW_HUNDC                           2                   51 
PXW_PLK                             3                   51 
PXW_SLOV                            4                   51 
WIN1251                             0                   52 
PXW_CYRL                            1                   52 
WIN1252                             0                   53 
PXW_INTL                            1                   53 
PXW_INTL850                         2                   53 
PXW_NORDAN4                         3                   53 
PXW_SPAN                            4                   53 
PXW_SWEDFIN                         5                   53 
WIN1253                             0                   54 
PXW_GREEK                           1                   54 
WIN1254                             0                   55 
PXW_TURK                            1                   55 
NEXT                                0                   19 
NXT_US                              1                   19 
NXT_DEU                             2                   19 
NXT_FRA                             3                   19 
NXT_ITA                             4                   19 
NXT_ESP                             5                   19 
KSC_5601                            0                   44 
KSC_DICTIONARY                      1                   44 
BIG_5                               0                   56 
GB_2312                             0                   57 

Comment cela se passe à l'intérieur et à quoi cela correspond-t-il ? Jetons un coup d'oeil à la procédure stockée sp_helpsort de MS SQL Server et tout va devenir plus lumineux...

Exemple 15

 
Sélectionnez

sp_helpsort
 
Sélectionnez

Unicode data sorting 
---------------------- 
Locale ID = 1033 
case insensitive, kana type insensitive, width insensitive

Sort Order Description 
------------------------------------------------------------------
Character Set = 1, iso_1
ISO 8859-1 (Latin-1) - Western European 8-bit character set.
Sort Order = 52, nocase_iso
Case-insensitive dictionary sort order for use with several
Western-European languages including English, French, and German.
Uses the ISO 8859-1 character set.

Characters, in Order 
------------------------------------------------------------------- 
    ! " # $ % & ' ( ) * + , - . / : ; < = > ? @ [ \ ] ^ _ ` { | } 
  ~   ¡ ¢ £ ¤ ¥ ¦ § ¨ © ª « ¬ ­ ® ¯ ° ± ² ³ ´ µ ¶ · ¸ ¹ º » ¼ ½ ¾
  ¿ × ÷ 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 A=a À=à Á=á Â=â Ã=ã Ä=ä Å=å Æ=æ B=b C
 =c Ç=ç D=d E=e È=è É=é Ê=ê Ë=ë F=f G=g H=h I=i Ì=ì Í=í Î=î Ï=ï J
 =j K=k L=l M=m N=n Ñ=ñ O=o Ò=ò Ó=ó Ô=ô Õ=õ Ö=ö Ø=ø P=p Q=q R=r S
 =s ß T=t U=u Ù=ù Ú=ú Û=û Ü=ü V=v W=w X=x Y=y Ý=ý ÿ Z=z Ð=ð Þ=þ

Comme on le voit, l'ordre de chacun des caractères est établi par la séquence, mais comme cette séquence de collation est rendue insensible à la casse, il y a confusion entre les majuscules et les minuscules...

Autrement dit, l'ordre de tri, comme la correspondance des recherches que l'on effectuera dans des requêtes SQL sera prédéfini par la séquence de collation. La méconnaître et méconnaître les possibilités de paramétrage de son SGBDR a ce niveau, c'est laisser faire Microsoft, Oracle ou Borland, comme il l'entend et non comme vous voulez que ce soit et rejaillira tôt ou tard comme problématique dans la mise au point de vos applications...

Sachez qu'en général, une séquence de collation par défaut est proposée lors de l'installation de votre serveur, et que sur certains SGBDR on peut modifier la séquence de collation pour la table entière ou encore pour une colonne seulement.
Bien entendu la norme SQL 2 a codifié et penser cela depuis fort longtemps et propose même des mécanismes de traduction afin de faire correspondre des données venant de jeux et collations différentes, mais ces possibilités sont encore trop rares à être implémentées au sein des SGBDR des différents éditeurs. Ainsi SQL 2 a défini les CREATE CHARACTER SET et CREATE COLLATION afin de répondre à toutes les attentes. Malheureusement la plupart du temps il n'est possible d'utiliser que les jeux et collations prédéfinies par l'éditeur du SGBDR.
Par exemple Microsoft dans la version 7 de sa base de données SQL Server était très en retard sur le sujet. Un seul jeu de caractères et une seule séquence de collation pouvait être utilisé au sein du serveur ! Comme le serveur était mono instance, il fallait autant de serveur (machine) que d'application pour les différents pays d'exploitation de la base de données, ce qui rendait SQL Server difficile comme choix pour des applications Internet internationales, sauf à utiliser quelques "trucs" et "bouts de ficelles" à base d'UNICODE... En revanche, de ce côté, un modeste serveur comme InterBase était fort bien pensé !

Par exemple pour InterBase, lors de la création d'une base de données, on peut préciser le jeu de caractères :

Exemple 17

 
Sélectionnez

CREATE DATABASE 'production.gdb'
DEFAULT CHARACTER SET 'ISO8859_1'

On peut aussi le faire pour chaque colonne dans la création de table :

Exemple 18

 
Sélectionnez

CREATE TABLE TEST_CHAR_SET
(COL1 CHAR(32) CHARACTER SET ASCII,
 COL2 CHAR(32) CHARACTER SET DOS437,
 COL3 CHAR(32) CHARACTER SET DOS850)

Et préciser en outre la collation utilisée :

Exemple 19

 
Sélectionnez

CREATE TABLE TEST_COLLATION
(COL1 CHAR(32) CHARACTER SET ISO8859_1 COLLATE FR_FR,
 COL2 CHAR(32) CHARACTER SET ISO8859_1 COLLATE ISO8859_1)

Mais attention, pas question de rentrer n'importe quoi dans la table, le serveur veille en général à la correspondances des jeux dans les entrées/sortie de flux d'information (requêtes et ensemble de résultats).

Ainsi en alimentant la table TEST_COLLATION avec les mêmes données pour les deux colonnes...

Exemple 20

 
Sélectionnez

INSERT INTO TEST_COLLATION VALUES ('Électricité', 'Électricité')
INSERT INTO TEST_COLLATION VALUES ('électricité', 'électricité')
INSERT INTO TEST_COLLATION VALUES ('ELECTRICITE', 'ELECTRICITE')
INSERT INTO TEST_COLLATION VALUES ('electricite', 'electricite')
INSERT INTO TEST_COLLATION VALUES ('electron', 'electron')
INSERT INTO TEST_COLLATION VALUES ('electeur', 'electeur')
INSERT INTO TEST_COLLATION VALUES ('électeur', 'électeur')

...nous n'obtiendrons pas le même ordre de tri :

Exemples 21 et 22

 
Sélectionnez

SELECT COL1
FROM TEST_COLLATION
ORDER BY COL1
 
Sélectionnez

COL1 
===========
electeur 
électeur 
electricite
ELECTRICITE 
électricité 
Électricité 
electron 
 
Sélectionnez

SELECT COL2
FROM TEST_COLLATION
ORDER BY COL2
 
Sélectionnez

COL2 
=========== 
ELECTRICITE 
electeur 
electricite 
electron 
Électricité 
électeur 
électricité

NOTA : pour pouvoir utiliser ce jeu d'essais dans votre interface de requêtage vous devez préalablement indiquer au serveur quen vous utilisez le jeu de caractères ISO8859_1 en utilisant la commande SET NAMES d'InterBase ou le paramétrage avancé.

Bien entendu, on peut forcer une séquence de collations dans un select à des fins de comparaison ou de tri. Pour cela il faut utiliser le mot clef COLLATE et donner le nom de la collation de travail :

Exemples 23 et 24

 
Sélectionnez

SELECT COL1
FROM   TEST_COLLATION
WHERE  COL1 COLLATE EN_US = 'électricité'
 
Sélectionnez

COL1 
===========
électricité 
 
Sélectionnez

SELECT COL1
FROM   TEST_COLLATION
ORDER  BY COL1 COLLATE EN_US
 
Sélectionnez

COL1
===========
electeur 
electricite 
ELECTRICITE 
electron 
Électricité 
électeur 
électricité

C'est pourquoi on ne le répétera jamais assez, ce paramètrage entre jeu de caractères et séquence de collation est délicat et obéi souvent à des mécanismes souvent peu normatifs.

NOTA : Peter GULUTZAN a écrit deux bons articles sur la problématiques des séquences de collation que l'on trouvera sur le site de dbazine.com à l'url :
http://dbazine.com/gulutzen1.html
http://dbazine.com/gulutzen1a.html

Enfin, je ne saurait trop vous recommander, dans la mesure ou vous le pouvez, de paramétrer votre base de données de la manière suivante :

  • Jeu de caractères ISO8859-1
  • Sensible à la casse (donc différences entre majuscules et minuscules)
  • Sensible aux accents et autres caractères diacritiques

En effet, on peut toujours jouer sur les séquences de collation pour redéfinir l'ordre de tri et utiliser des fonctions de conversion telles que UPPER ou LOWER pour insensibiliser la casse, ou encore des fonctions avancées telles que la fonction TRANSLATION proposée par ORACLE pour s'affranchir des accents et autres caractères diacritiques. N'oubliez pas qu'une séquence de collation complexe (par exemple assimilant les majuscules, minuscules et accents comme équivalents) est forcément couteuse en temps d'exécution et cela rejaillira sur les performances d'accès et de traitement de vos données...

La translation, rarement implémentée consiste à définir un ensemble de correspondances entre caractères. Elle permet de remplacer des caractères par d'autres. Par exemple si nous avons créer une translation nommée REMPLACE_PONCTUATION_ESPACE qui définie que les caractères . , ; : ! ? ' " sont remplacés par un caractères espace, alors l'application de la fonction TRANSLATE avec comme paramètre cet identifiant de translation nous obtiendrons une chaîne de caractères dans laquelle tous les signes de ponctuation mentionnés seront remplacés par des espaces.

Exemples 25

 
Sélectionnez

TRANSLATE ('A, B; C>D?' USING REMPLACE_PONCTUATION_ESPACE)
 
Sélectionnez

'A  B  C>D '

4.3. Résumons...

Image non disponible

La norme prévoit la spécification d'un jeu de caractères à l'aide des ordres :

 
Sélectionnez

CREATE CHARACTER SET nom_jeu_caractère
[AS] GET nom_jeu_caractère_existant
[COLLATE nom_collation | COLLATION FROM ressource_collation]
 
Sélectionnez

DROP CHARACTER SET nom_jeu_caractère

La norme prévoit la spécification d'une collation à l'aide des ordres :

 
Sélectionnez

CREATE COLLATION nom_collation
FOR nom_jeu_caractère_existant
FROM  ressource_collation
[ PAD SPACE | NO PAD ]
 
Sélectionnez

DROP COLLATION nom_collation

Dans les deux cas (CREATE CHARCATER SET et CREATE COLATION), une ressource de collation pouvant elle même être définie comme :

 
Sélectionnez

ressource_collation :: 
EXTERNAL ( 'collation_externe' )
nom_collation
DESC (nom_collation)
DEFAULT
TRANSLATION nom_traduction [THEN COLLATION nom_colation]

La norme prévoit la spécification d'une translation à l'aide des ordres :

 
Sélectionnez

CREATE TRANSLATION nom_translation
FOR jeu_caractere_source
TO jeu_caractère_cible
FROM { EXTERNAL ( 'translation_externe' ) | IDENTITY | nom_translation }
 
Sélectionnez

DROP TRANSLATION nom_translation

Une collation peut être spécifiée, caractères par caractères à l'aides d'opérateurs de comparaison.

Exemple 26

 
Sélectionnez

a=A a=à a=â a=ä b=B c=C c=ç d=D e=E e=é e=è ...

Dans ce cas, les caractères a, A, à auront la position ordinale 1, b ou B la position ordinale 2, etc... et cette séquence de collation sera insensible à la casse et aux caractères diacritiques...

Le jeu de caractères peut se spécifier dans la création de la base de données :

 
Sélectionnez

CREATE SCHEMA nom_base
...
[DEFAULT CHARACTER SET nom_jeu_caractère]

Enfin, une collation peut être utilisée selon la norme SQL 2 dans une comparaison comme dans la clause de tri d'un ordre SELECT.

NOTA : l'implémentation de ces différents éléments varie fortement d'un éditeur de SGBDR à l'autre. C'est pourquoi je vous invite fortement à lire la documentation de votre SGBDR avant de définir votre base et vos tables.

5. Types de données et domaines

Vous trouverez des compléments d'information sur le sujet aux pages 36 à 46 de l'ouvrage "SQL", collection "La Référence", Campus Press éditeur.

Nous avons déjà parlé de ces éléments si vous avez lu le tout premier papier consacré à SQL. Mais comme rien ne vaut un bon rappel, voici ce que sont les domaines et les données de SQL.

5.1. Les types SQL 2

Image non disponible

La norme SQL 2 propose 4 familles de types de données : les littéraux, les numériques, les binaires et les temporelles, elles mêmes parfois subdiviées.
Le tableau suivant résume les différents types de données. En vert figurent les types SQL 2 et en blanc les familles et sous familles :

Image non disponible

n précise la longeur associé au type, p la précision (nombre de chiffres significatifs), s les décimales et i1 et i2 la précision de durée parmi YEAR, MONTH, DAY, HOUR, MINUTE, SECOND.

5.1.1. Détails des différents types de données...

Image non disponible

CHARACTER (n) permet de préciser une données litérale (chaîne de caractères) dont les caractères sont codés sur un jeu de type ASCI, EBCDIC ou DOS (2 octets par caractères) de longueur fixe n. Si la donnée à insérer est de taille inférieure elle est complétée par des blancs significatifs.

Exemple 27

 
Sélectionnez

CHARACTER (4)

définit une colonne comportant exactement 4 caractères.
Le synonyme CHAR peut être utilisé.

CHARACTER VARYING (n) permet de préciser une donnée littérale (chaîne de caractères) dont les caractères sont codés sur un jeu de type ASCI, EBCDIC ou DOS de longueur maximale n. Si la donnée à insérer est de taille inférieure elle compactée et aucun caractère blancs significatifs ne la complète.

Exemple 28

 
Sélectionnez

CHARACTER VARYING (32)

définit une colonne comportant au maximum 32 caractères.
Le synonyme VARCHAR peut être utilisé

NATIONAL CHARACTER et NATIONALCHARACTERVARYING sont des déclinaisons des deux exemples précédents, mais codés sur le jeu UNICODE, ce qui suppose 4 octets par caractères.
Les synonymes NATIONAL CHAR, NCHAR, NATIONAL CHAR VARYING et NATIONAL VARCHAR peuvent être utilisés.

DECIMAL est un réel représentant un nombre en base 10 sans altération de la précision des chiffres situés après la virgule. La précision p peut aller au dela du maximum prévu pour le traitement des données numérique du processeur.

Exemple 29

 
Sélectionnez

DECIMAL (60, 16)

définit une colonne comportant un réel acceptant jusqu'à 60 chiffres significatifs avec 16 chiffres après la virgule. Aucune erreur d'arrondi ne doit apparaître dans le stockage ni les calculs décimaux.

NUMERIC est un réel représentant un nombre en base 10 sans altération de la précision des chiffres situés après la virgule. La précision p ne peut dépasser le maximum prévu pour le traitement des données numérique du processeur.

Exemple 30

 
Sélectionnez

DECIMAL (16, 2)

définit une colonne comportant un réel acceptant jusqu'à 16 chiffres significatifs avec 2 chiffres après la virgule. Aucune erreur d'arrondi ne doit apparaître dans la stockage ni les calculs décimaux.

FLOAT est un réel représentant un nombre en base 10 stocké en binaire. La précision p peut aller au dela du maximum prévu pour le traitement des données numérique du processeur.

Exemple 31

 
Sélectionnez

FLOAT (64, 16)

définit une colonne comportant un réel codé en binaire acceptant jusqu'à 64 chiffres significatifs avec 16 chiffres après la virgule. Des erreurs d'arrondi peuvent apparaître dans le stockage ou les calculs décimaux.

REAL est un réel représentant un nombre en base 10 stocké en binaire. La précision p ne peut dépasser le maximum prévu pour le traitement des données numérique du processeur sur un nombre de bits déterminé par le système.

Exemple 32

 
Sélectionnez

REAL (12, 4)

définit une colonne comportant un réel codé en binaire acceptant jusqu'à 12 chiffres significatifs avec 4 chiffres après la virgule. Des erreurs d'arrondi peuvent apparaître dans le stockage ou les calculs décimaux.

DOUBLE PRECISION est un réel représentant un nombre en base 10 stocké en binaire. La précision p ne peut dépasser le maximum prévu pour le traitement des données numérique du processeur sur un nombre de bits déterminé par le système et plus largement que le REAL.

Exemple 33

 
Sélectionnez

DOUBLE PRECISION (18, 6)

définit une colonne comportant un réel codé en binaire acceptant jusqu'à 18 chiffres significatifs avec 6 chiffres après la virgule. Des erreurs d'arrondi peuvent apparaître dans le stockage ou les calculs décimaux.

SMALLINT est un entier représentant un nombre en base 10 stocké en binaire. La précision est fixe et déterminée par le processeur pour un demi mot.

Exemple 34

 
Sélectionnez

SMALLINT

définit une colonne comportant un entier codé en binaire dont la plage de valeur est fixée dans l'étendue des capacité du demi mot du processeur. Les calculs et le stockage sont toujours exacts.

INTEGER est un entier représentant un nombre en base 10 stocké en binaire. La précision est fixe et derminée par le processeur pour un mot entier.

Exemple 35

 
Sélectionnez

INTEGER

définit une colonne comportant un entier codé en binaire dont la plage de valeur est fixée dans l'étendue des capacités du mot entier du processeur. Les calculs et le stockage sont toujours exacts.

BIT définit une chaîne de bits dont la longueur est fixe.

Exemple 36

 
Sélectionnez

BIT(2)

définit une colonne comportant deux bits pouvant avoir les valeurs 00 01 10 ou 11.

BIT VARYING définit une chaîne de bits dont la longueur est variable.

Exemple 37

 
Sélectionnez

BIT(8)

définit une colonne comportant au maximum 8 bits pouvant prendre la plage de valeur allant de 0 à 11111111.

TIMESTAMP combine date et heure avec une précision du millième de seconde. On peut préciser le fuseau horaire avec l'option TIME ZONE. La norme SQL 2 précise que l'étendue de ce type de données doit aller du premier janvier de l'an 1 à zéro heure jusqu'au 31 décembre de l'an 9999 à 23h59m59s999.

Exemple 38

 
Sélectionnez

TIMESTAMP

L'option TIME ZONE permet de définir le décalage horaire par rapport à l'heure universelle (UTC) :

Exemple 39

 
Sélectionnez

TIMESTAMP WITH TIME ZONE

Par exemple en été en France, ou le décalage horaire est de +2 heures par rapport au temps universel, nous pourrions stocker des données sous la forme :

Exemple 40

 
Sélectionnez

CAST('1999-11-20 16:28:33-02:00' AS TIMESTAMP WITH TIME ZONE)

DATE permet de stoker des dates dans l'étendue premier janvier de l'an 1 jusqu'au 31 décembre de l'an 9999.

Exemple 41

 
Sélectionnez

DATE

TIME permet de stocker des heures dans l'étendue de 00:00:00.000 h à 23:59:59.999 h. Comme dans le cas du TIMESTAMP, l'option TIME ZONE permet de définir le décalage horaire par rapport à l'heure universelle (UTC) :

Exemple 42

 
Sélectionnez

TIME WITH TIME ZONE

NOTA : pour les types DATE, TIME et TIMESTAMP, le format de saisie est calé sur la norme ISO qui précise que les données temporelles doivent être écrites de la manière suivante : AAAA-MM-JJ et les heures : HH:MM:ss.xxx

ATTENTION : d'après la norme, on peut préciser le nombre de chiffres significatifs après la seconde des types TIME et TIMESTAMP. Ainsi, la déclaration d'un TIMESTAMP(6) permettrait de stocker des informations horaires avec une précision du milliardième de seconde. Compte tenu de la difficulté d'implémentation, de stockage et de calculs de telles données, ce dispositif est rarement implémenté sur les SGBDR des différents éditeurs.

INTERVAL est un type de données permettant de stocker des durées. Le stockage peut se faire sur une unité de temps ou sur une étendue d'unité continuelle de temps à l'aide des mots clefs YEAR, MONTH, DAY, HOUR, MINUTE, SECOND.
La syntaxe de déclaration d'un tel type est la suivante :

 
Sélectionnez

INTERVAL debut [TO fin]
 
Sélectionnez

debut, fin :: YEAR, MONTH,DAY,HOUR,MINUTE,SECOND

Avec les règles suivantes :
1) fin doit être plus précis que debut
2) debut peut dépasser la capacité maximale ordinaire habituellement attribuée à la mesure temporelle

Exemple 43

 
Sélectionnez

INTERVAL MINUTE
INTERVAL YEAR TO DAY
INTERVAL HOUR TO SECOND

Si vous désirez mesurer des durées en heures, vous pouvez par exemple stocker 178 heures 23 minutes et 16 secondes sous la forme suivante :

Exemple 44

 
Sélectionnez

CAST('178:23:16' AS INTERVAL HOUR TO SECOND)

NOTA : Ce type INTERVAL est maheureusement rarement implémenté. La plupart du temps les éditeurs recommandent d'utilier un FLOAT pour stocker des durées en fraction de jours.

REMARQUE : on peut être étonné de l'absence de type "booléen" dans la norme. Il est facile d'y palier en utilisant un type BIT(1). En l'absence du type BIT, on peut utiliser un SMALLINT associé à une règle de validation ou bien un littéral de type CHAR(1) avec une plage de valeur.

ATTENTION : lorsqu'une ligne est ajoutée à une table, les colonnes non renseignées possèdent le marqueur NULL.

5.1.2. Typage rapide avec des préfixes

Comment préciser le type cible d'une chaîne de caractère ? Là encore la norme vient à notre rescousse. En principe une chaîne de caractères est par défaut du type CHAR ou VARCHAR. Pour la convertir en NATIONAL (CHAR ou VARCHAR) il suffit de la préfixer avec la lettre d'attribut N. De même pour une chaîne représentant une valeur binaire, il faut utiliser la lettre B et pour une chaîne de valeur hexadécimale la lettre X. Il n'y a pas de lettres préfixes pour les autres types. Ainsi pour les chaînes de caractères CHAR / VARCHAR il suffit d'utiliser l'apostrophe comme délimiteur de la chaîne en dédoublant toute apostrophe se trouvant au sein de la chaîne. Enfin pour les données temporelles on peut les préfixer du nom de type.

Exemple 45

'toto' chaîne CHAR ou VARCHAR
N'toto' chaîne NATIONAL CHAR ou NATIONAL VARCHAR
X'AF16' chaîne hexadécimale
B'010011' chaîne binaire
DATE '2002-11-18' date
TIME '11:16' heure
TIMESTAMP '2002-11-18 11:16:22 + 01:00' Combiné date/heure avec décalage de fuseau horaire
INTERVAL '11:16' HOUR TO MINUTE Intervalle de temps borné par heures et minutes

5.2. Les nouveaux types SQL 3

Image non disponible

La norme SQL 3 (1999) a rajouté 3 types fondamentaux : booléen, CLOB et BLOB.

BOOLEAN est un type de données valant vrai ou faux (ou possédant le marqueur NULL si non renseigné).

Exemple 46

 
Sélectionnez

BOOLEAN

NOTA : du fait de la présence du marqueur NULL, le type booléen obéit à une logique ternaire.

CHARACTER LARGE OBJECT [(n [m])] est un type litteral permettant de stocker des chaînes de caractères de grande dimension dans un jeu à deux octets par caractères (ASCII). Le paramètre n permet de préciser la longeur et le paramètre m la mesure de cette longueur parmi les lettres K, M ou G.

Exemple 47

 
Sélectionnez

CHARACTER LARGE OBJECT (64 K)

Est un type littéral acceptant 64 kilo binaire de caractères, soit 64 * 1024 = 65 536 caractères (donc 131 072 octets).
Le synonyme CLOB peut être utilisé.

NATIONAL CHARACTER LARGE OBJECT [(n [m])] est une déclinaison de CHARACTER LARGE OBJECT opérant sur un jeu à quatre octets par caractères (UNICODE).
Le synonyme NCLOB peut être utilisé.

BINARY LARGE OBJECT [(n [m])] définit une chaîne de bits de grande dimension dont la longueur est fixe. Le paramètre n permet de préciser la longeur et le paramètre m la mesure de cette longueur parmi les lettres K, M ou G.

Exemple 48

 
Sélectionnez

BINARY LARGE OBJECT (2 G)

Est un type chaîne de bits acceptant 2 giga octets de données, soit 2 097 152 octets.
Le synonyme BLOB peut être utilisé.

La norme SQL 3 a de plus défini les types structurés ARRAY, ROW, REF ainsi que des types utilisateurs appelés UDT.

Syntaxe :

 
Sélectionnez

type_sql ARRAY [ dimension1 [, dimension2 ... ] ]
 
Sélectionnez

ROW ( colonne1 [, colonne2 ... ] )
 
Sélectionnez

REF ( udt ) [SCOPE nom_table [mode_reference]]

mode_reference :: 
REFERENCES ARE [NOT] CHECKED
[ON DELETE { CASCADE | SET NULL | SET DEFAULT | RESTRICT | NO ACTION }]

Exemple 49

 
Sélectionnez

MA_TABLEAU INTEGER ARRAY [12, 31]

MON_ADRESSE ROW (ADRESSE1 VARCHAR(32), ADRESSE2 VARCHAR(32), ADRESSE3 VARCHAR(32), 
				CODE_POSTAL CHAR(5), VILLE CHAR(32))

MON_CODE_POSTAL REF(UDT_CP) SCOPE TR_CODES_POSTAUX REFERENCES ARE CHECKED ON DELETE SET NULL

Ces trois exemples montrent :

  • un tableau d'entiers à deux dimensions doté de 12 lignes et 31 colonnes
  • une ligne dotée de 5 éléments permettant de stocker des adresses
  • une donnée référentielle basée sur un type utilisateur permettant de restreindre les valeurs aux données situées dans une autre table

Bien entendu ces types peuvent être combinés :

Exemple 50

 
Sélectionnez

MON_ADRESSE ROW (VARCHAR(32) ARRAY [3],
                 CODE_POSTAL REF(UDT_CP) SCOPE TR_CODES_POSTAUX REFERENCES ARE CHECKED ON DELETE SET NULL,
                 VILLE CHAR(32))

REMARQUE : il n'entre pas dans ce papier d'expliquer les UDT dont l'intérêt et la complexité mérite un papier à part entière. Néanmoins les UDT permettent de définir de nouveaux types de données, par exemples pour stocker des coordonnées planaires ou spaciales (polaire, cartèsiennes...), des adresses IP, etc...

5.3. Types communs présent dans certains SGBDR des différents éditeurs

On trouve couramment les types suivants dans certains SGBDR :

 
Sélectionnez

SMALLDATETIME
un format raccourcis pour des dates dans une plage de valeur restreintes (à éviter)
 
Sélectionnez

MONEY, SMALLMONEY
un format spécifique aux valeurs monétaires (à éviter)
 
Sélectionnez

TINYINT
un entier avec une plage de valeur très restreinte (par exemple 0 à 255)
 
Sélectionnez

BIGINT
un entier avec une plage de valeur très étendue
 
Sélectionnez

LONGTEXT, TEXT, NTEXT
autres noms des CLOB et NCLOB
 
Sélectionnez

IMAGE
un BLOB spécialisé pour stocker des images
 
Sélectionnez

LONGBLOB
autre nom d'un BLOB
 
Sélectionnez

BFILE
fichier externe de BLOB (Oracle)
 
Sélectionnez

RAW, LONG RAW
données "brutes"
 
Sélectionnez

ROWVERSION, UNIQUEIDENTIFIER, ROWID
des identifiants spécifiques auto générés
 
Sélectionnez

ENUM
des valeurs dans un ensemble prédéfini

Ces types ne sont pas normatifs, il convient donc de les éviter pour des raisons de portabilité.

5.4. Définir des domaines et les utiliser

Image non disponible

Un domaine au sens de la norme SQL est la définition d'un type associé à un certain nombre de règles de validité.

Imaginons que nous voulons modéliser le nombre de pages d'un livre. Il est à priori absurde d'accepter un nombre de pages négatif ou nul. Dans ce cas, il faudrait créer un nouveau type dont la plage des valeurs serait restreinte. D'ou l'idée de domaine qui rassemble à la fois le type et l'étendue des valeurs possible, c'est à dire le domaine des possibilités d'exploitation.

La défintion d'un domaine s'opére avec la syntaxe suivante :

 
Sélectionnez

CREATE DOMAIN nom_domaine
[AS] type_donnée
[DEFAULT valeur_défaut]
[contrainte_de_domaine1 [, contrainte_de_domaine2 ... ] ]
[COLLATE nom_collation]
 
Sélectionnez

contrainte_de_domaine ::
CONSTRAINT nom_contrainte CHECK (regle_validation)

NOTA : une règle de validation doit utiliser le mot clef VALUE pour faire référence à la donnée.

Exemple 51

 
Sélectionnez

CREATE DOMAIN NOMBRE_DE_PAGE
AS INTEGER
CONSTRAINT CTR_SUP_ZERO CHECK (VALUE > 0)

La clause DEFAULT d'un ordre de création de domaine peut contenir une valeur explicite, ou bien l'une des valeurs retournées par les fonctions suivantes :

 
Sélectionnez

CURRENT_DATE
date courante
 
Sélectionnez

CURRENT_TIME[(p)]
heure courante
 
Sélectionnez

CURRENT_TIMESTAMP[(p)]
date et heure courante
 
Sélectionnez

LOCALTIME[(p)]
heure courante sans fuseau
 
Sélectionnez

LOCALTIMESTAMP[(p)]
heure et date courante sans fuseau
 
Sélectionnez

USER
utilisateur par défaut
 
Sélectionnez

CURRENT_USER
utilisateur courant
 
Sélectionnez

SESSION_USER
utilisateur de la session
 
Sélectionnez

SYSTEM_USER
utilisateur système
 
Sélectionnez

NULL
non renseigné

Exemple 52

 
Sélectionnez

CREATE DOMAIN OUI_NON
AS NCHAR(3)
DEFAULT 'NON'
CONSTRAINT CTR_LISTE_VALEUR CHECK (UPPER(VALUE) IN ('OUI', 'NON'))
COLLATE UNICODE

Cet exemple créé un domaine de type 3 caractères UNICODE sur la séquence de collation UNICODE (4 octets par caractères, ordre binaire) avec la valeur par défaut 'NON' et accepte toutes les combinaisons de valeurs suivantes :
'oui', Oui', 'OUi', 'OUI', 'oUI', 'OuI', 'oUi', 'ouI', 'non', 'Non', 'nOn', 'noN', 'NOn', 'nON', 'NoN', 'NON'

Exemple 53

 
Sélectionnez

CREATE DOMAIN IMMATRICULATION
AS CHAR(10)
CONSTRAINT CTR_CARACTERE_1 CHECK (SUBSTRING(VALUE, 1, 1) BETWEEN '0' AND '9')
CONSTRAINT CTR_CARACTERE_2 CHECK (SUBSTRING(VALUE, 2, 1) BETWEEN '0' AND '9')
CONSTRAINT CTR_CARACTERE_3 CHECK (SUBSTRING(VALUE, 3, 1) BETWEEN '0' AND '9')
CONSTRAINT CTR_CARACTERE_4 CHECK (SUBSTRING(VALUE, 4, 1) = ' ')
CONSTRAINT CTR_CARACTERE_5 CHECK (SUBSTRING(VALUE, 5, 1) BETWEEN 'A' AND 'Z')
CONSTRAINT CTR_CARACTERE_5_BIS CHECK (SUBSTRING(VALUE, 5, 1) NOT IN ('I', 'O'))
CONSTRAINT CTR_CARACTERE_6 CHECK (SUBSTRING(VALUE, 6, 1) BETWEEN 'A' AND 'Z')
CONSTRAINT CTR_CARACTERE_6_BIS CHECK (SUBSTRING(VALUE, 6, 1) NOT IN ('I', 'O'))
CONSTRAINT CTR_CARACTERE_7 CHECK (SUBSTRING(VALUE, 7, 1) BETWEEN 'A' AND 'Z')
CONSTRAINT CTR_CARACTERE_7_BIS CHECK (SUBSTRING(VALUE, 7, 1) NOT IN ('I', 'O'))
CONSTRAINT CTR_CARACTERE_8 CHECK (SUBSTRING(VALUE, 8, 1) = ' ')
CONSTRAINT CTR_CARACTERE_9 CHECK ((SUBSTRING(VALUE, 9, 2) BETWEEN '01' AND '95' OR SUBSTRING(VALUE, 9, 2) 
	IN ('2A', '2B')) AND NOT (SUBSTRING(VALUE, 9, 2) = '20' ))

Cet exemple permet de modéliser des immatriculations au format : "NNN AAA MM" ou NNN sont des chiffres de 0 à 9, AAA des lettres majuscules de 'A' à 'Z' excepté 'I' et 'O', et un code minéralogique correspondant au numéro des départements de 01 à 95 excepté 20, mais acceptant 2A et 2B pour la Corse !

Bien entendu la norme SQL 2 prévoir la modification d'un domaine en permettant de rajouter ou retirer une clause défaut ou une contrainte :

 
Sélectionnez

ALTER DOMAIN nom_domaine
{ SET DEFAULT valeur_défaut
| DROP DEFAULT
| ADD contrainte_de_domaine
| DROP CONSTRAINT nom_contrainte }

Exemple 54

 
Sélectionnez

ALTER DOMAIN IMMATRICULATION
DROP CONSTRAINT CTR_CARACTERE_1

ALTER DOMAIN IMMATRICULATION
DROP CONSTRAINT CTR_CARACTERE_2

ALTER DOMAIN IMMATRICULATION
DROP CONSTRAINT CTR_CARACTERE_3

ALTER DOMAIN 
ADD CONSTRAINT CTR_CARACTERE_1_A_3 CHECK (CAST(SUBSTRING(VALUE, 1, 3) AS INTEGER) BETWEEN 1 AND 999)

NOTA : il n'est pas possible de changer le type de données de la définition d'un domaine.

La suppression d'un domaine s'effectue avec un ordre SQL DROP :

 
Sélectionnez

DROP DOMAIN nom_domaine [ CASCADE | RESTRICT ]

Lorsque l'on précise CASCADE, le domaine pourra être supprimé sans que les colonnes afférentes à ce domaine en soit affectées. Dans ce cas, le type du domaine comme les contraintes y afférent sont transférés à toutes les colonnes utilisant ce domaine. Si la clause RESTRICT est utilisée alors une erreur sera levée si des colonnes de table dans la base utilise le domaine à supprimer. Sinon, la suppression sera effective.

REMARQUE : certains SGBDR n'utilise pas des domaines mais proposent des mécanismes similaires.

En particulier c'est le cas de MS SQL Server qui utilise une combinaison de règles et de type utilisateur.

Exemple 55

 
Sélectionnez

CREATE RULE RLE_POURCENT 
AS
   @VALUE BETWEEN 0.0 AND 100.0

sp_addtype TYP_POURCENT, 'FLOAT', 'NOT NULL'

sp_bindrule 'RLE_POURCENT', 'TYP_POURCENT'

Création de l'équivalent d'un domaine dans MS SQL Server pour représenter un pourcentage.

NOTA : un domaine est bien entendu utilisable à la place d'un type SQL pour définir une colonne de table.


précédentsommairesuivant

Vous avez aimé ce tutoriel ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons suivants : Viadeo Twitter Facebook Share on Google+   

Livres
SQL - développement
SQL - le cours de référence sur le langage SQL
Avant d'aborder le SQL
Définitions
SGBDR fichier ou client/serveur ?
La base de données exemple (gestion d'un hôtel)
Modélisation MERISE
Mots réservés du SQL
Le SQL de A à Z
Les fondements
Le simple (?) SELECT
Les jointures, ou comment interroger plusieurs tables
Groupages, ensembles et sous-ensembles
Les sous-requêtes
Insérer, modifier, supprimer
Création des bases
Gérer les privilèges ("droits")
Toutes les fonctions de SQL
Les techniques des SGBDR
Les erreur les plus fréquentes en SQL
Les petits papiers de SQLPro
Conférence Borland 2003
L'héritage des données
Données et normes
Modélisation par méta données
Optimisez votre SGBDR et vos requêtes SQL
Le temps, sa mesure, ses calculs
QBE, le langage de ZLOOF
Des images dans ma base
La jointure manquante
Clefs auto incrémentées
L'indexation textuelle
L'art des "Soundex"
Une seule colonne, plusieurs données
La division relationnelle, mythe ou réalité ?
Gestion d'arborescence en SQL
L'avenir de SQL
Méthodes et standards
Les doublons
SQL Server
Eviter les curseurs
Un aperçu de TRANSACT SQL V 2000
SQL Server 2000 et les collations
Sécurisation des accès aux bases de données SQL Server
Des UDF pour SQL Server
SQL Server et le fichier de log...
Paradox
De vieux articles publiés entre 1995 et 1999 dans la défunte revue Point DBF

  

Copyright © 2003 Frédéric Brouard. Aucune reproduction, même partielle, ne peut être faite de ce site et de l'ensemble de son contenu : textes, documents, images, etc. sans l'autorisation expresse de l'auteur. Sinon vous encourez selon la loi jusqu'à trois ans de prison et jusqu'à 300 000 € de dommages et intérêts.