Petit guide d'analyse des données à l'aide de la méthode MERISE


précédentsommairesuivant

6. Conseils divers ( ... et généreux pour aller plus loin)

6.1. Généralisation (héritage) (ramifier les espèces)

Dans le schéma ci-dessous, les entités "Personne physique" (des êtres humains) et "Personne morale" (des sociétés, associations, collectivités, organisations…) sont généralisées dans l'entité "Propriétaire".
On dit aussi que l'entité "Propriétaire" est une entité parente et que les entités "Personne morale" et "Personne physique" sont des entités enfants, car il y a une notion d'héritage...

Exemple :

Image non disponible

Par exemple une entité "Etre humain" est une généralisation pour toute entité faisant appel à une personne, comme les entités "Etudiant", "Client", "Artiste", "Souscripteur", "Patient", "Assujetti"...
On les appelle aussi "entités-génériques".

Certains ateliers de modélisation représentant les données sous la forme d'entités « encapsulés ».

Exemple :

Image non disponible

6.2. Personnalisation (ou les sous-modèles)

Une personnalisation est un regroupement dans une super entité de plusieurs entités munies d'une ou de plusieurs associations.

Par exemple, une compagnie d'aviation proposant des vols peut modéliser le planning des pilotes par le schéma suivant :

Image non disponible

6.3. Regroupement d'entités (un truc à connaître pour éviter la redondance)

Comme toute technique, le schéma entité-association possède des limites et des contraintes que seuls l'expérience et le bon sens peuvent permettre d'éliminer.

Il arrive parfois que certaines entités apparaissent comme redondantes. Dans ce cas, et pour gagner de la place en matière de stockage de l'information, il convient de regrouper ces entités dans une seule et même table du SGBDR en ajoutant un champ supplémentaire à cette table de manière à permettre de distinguer les entités du schéma théorique.

Par exemple si l'on désire modéliser une gestion de compact-disc on peut créer une entité "Compositeur" et une entité "Interprète". Mais on constate qu'une grande majorité de compositeurs sont leurs propres interprètes, ce qui signifie qu'une même personne peut se trouver présente dans les deux entités. Pour résoudre ce problème il suffit de construire une seule table pour les deux entités (par exemple une table "MUSICIEN") et d'y ajouter un champ permettant de distinguer le type de "musicien" : compositeur ou interprète ou les deux.


précédentsommairesuivant

Vous avez aimé ce tutoriel ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons suivants : Viadeo Twitter Facebook Share on Google+   

Livres
SQL - développement
SQL - le cours de référence sur le langage SQL
Avant d'aborder le SQL
Définitions
SGBDR fichier ou client/serveur ?
La base de données exemple (gestion d'un hôtel)
Modélisation MERISE
Mots réservés du SQL
Le SQL de A à Z
Les fondements
Le simple (?) SELECT
Les jointures, ou comment interroger plusieurs tables
Groupages, ensembles et sous-ensembles
Les sous-requêtes
Insérer, modifier, supprimer
Création des bases
Gérer les privilèges ("droits")
Toutes les fonctions de SQL
Les techniques des SGBDR
Les erreur les plus fréquentes en SQL
Les petits papiers de SQLPro
Conférence Borland 2003
L'héritage des données
Données et normes
Modélisation par méta données
Optimisez votre SGBDR et vos requêtes SQL
Le temps, sa mesure, ses calculs
QBE, le langage de ZLOOF
Des images dans ma base
La jointure manquante
Clefs auto incrémentées
L'indexation textuelle
L'art des "Soundex"
Une seule colonne, plusieurs données
La division relationnelle, mythe ou réalité ?
Gestion d'arborescence en SQL
L'avenir de SQL
Méthodes et standards
Les doublons
SQL Server
Eviter les curseurs
Un aperçu de TRANSACT SQL V 2000
SQL Server 2000 et les collations
Sécurisation des accès aux bases de données SQL Server
Des UDF pour SQL Server
SQL Server et le fichier de log...
Paradox
De vieux articles publiés entre 1995 et 1999 dans la défunte revue Point DBF

  

Copyright © 2003 Frédéric Brouard. Aucune reproduction, même partielle, ne peut être faite de ce site et de l'ensemble de son contenu : textes, documents, images, etc. sans l'autorisation expresse de l'auteur. Sinon vous encourez selon la loi jusqu'à trois ans de prison et jusqu'à 300 000 € de dommages et intérêts.